loader image

Impact News

Au sujet de notre article sur :’’Scandale au Ministère des Affaires étrangères’’ : Malhonnêteté et mensonge dans les médias !

La Rédaction du Journal IMPACT NEWS  a été surprise de constater un droit de réponse publié en réaction à son article en rapport avec une catapultassion d’un diplomate à Pékin dans son édition en ligne en violation de toutes les règles en la matière. C’est lorsque l’on s’en est plaint que le Chargé de Communication du Ministère des Affaires étrangères de la RDC a fini par envoyer ce droit de réponse déjà lu dans quelques médias en ligne dont celui d’un membre de la Cellule de Communication de Mme le Ministre d’Etat. Une malhonnêteté professionnelle qui viole le Code de déontologie du Journaliste congolais dans la mesure où il est interdit de publier les droits de réponse, les démentis, les mises au point ou les rectificatifs aux articles des autres organes qui n’ont pas diffusé l’information.

Mais au fond, tout ce qui a été raconté sur ce diplomate catapulté à l’Ambassade de Pékin est faux et archifaux. Il est bien connu dans les milieux chinois où il était dans toutes les allées qui feraient de lui la risée de la diplomatie congolaise en Chine.

Il aurait procédé par le trafic d’influence pour être parachuté Premier Secrétaire d’Ambassade, un poste très important dans une mission diplomatique où beaucoup de diplomates ne connaissent pas de promotion. Voilà pourquoi, l’on nous a livré une réaction d’une Direction des Services Généraux à l’anonymat alors que son affectation est signée par Mme le Ministre d’Etat. Après les révélations accablantes faites par notre Rédaction, l’on veut faire croire que cet homme aurait été recommandé par le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi. Une situation qui salit le régime de Félix-Antoine Tshisekedi que l’on attend nettoyer la diplomatie congolaise dont le personnel n’est pas qualifié depuis l’avènement de l’AFDL.

Selon nos sources dans les couloirs des Affaires étrangères, il se dégage plusieurs interrogations.

La réaction n’est pas signée. Elle est publiée sous l’anonymat de la Direction des Services Généraux qui a démenti. Par la bouche de qui ? Le confrère qui a accepté de publier cette réaction aurait posé des questions au Directeur pour donner les détails. Un flou. Grave, ce démenti révèle une contradiction : Comment quelqu’un qui a été Conseiller Économique dans une Ambassade peut encore y être nommé Premier Secrétaire ? A-t-il été rétrogradé puisque le grade de Conseiller est supérieur à celui de Premier Secrétaire ? Comment était-il déjà Conseiller en 2017 alors qu’il a été admis sous statut en 2019 ? Si cela s’avère vrai, ce qu’il y a eu une tricherie. Parce que le grade de conseiller n’est pas le grade de recrutement. Et dans l’hypothèse où il serait réellement Diplomate, les mêmes sources au Ministère affirment que Mme la Ministre d’Etat a été induite en erreur. Comment ?  Elle a signé un arrêté nommant un Premier Secrétaire chargé des fonctions consulaires. Or, suivant la règlementation, les diplomates sont affectés à la disposition du Chef de Mission.

L’homme serait même marié à une Chinoise. Il n’a pas déclaré ce mariage dans son dossier de famille dans son dossier au Ministère. Pour quelle raison ?  Ce qui rappelle le comportement déplorable de certains diplomates qui agissaient ainsi dans le but de faciliter le phénomène “bwaka ngunda” dans certaines familles avec des passeports diplomatiques.

Au sujet des titres académiques. Tout serait faux. L’homme n’a passé son temps qu’à apprendre les langues. Point barre. Et c’est dans des centres d’apprentissage de la langue. Il n’a aucun titre académique. Aucune université ne lui a accordé un titre soit de Licence ou de maîtrise.

La Rédaction se serait abstenue de publier ce droit de réponse. Mais pour exposer le mensonge qu’il contient et surtout par rapport au respect que l’on doit au patron du média en ligne qui nous a répondu, un professionnel des médias rompu dont l’expertise et l’expérience ne pouvaient permettre pareille faute, nous nous permettons de reproduire cette réaction, tout en promettant de revenir dans quelles conditions ce monsieur a été fait diplomate avec le concours de qui et ce qu’il fait comme boulot en Chine.

La Rédaction

Diplomatie : Réaction du ministère des Affaires étrangères au sujet d’une nomination fantaisiste à l’ambassade de la RDC à Pékin

Face aux bruits véhiculés dans l’opinion au sujet d’une nomination complaisante à l’ambassade de la RDC en Chine, la direction des Services généraux du ministère des Affaires étrangères a élevé la voix et formellement démenti ces « affabulations ». Pour elle, cette campagne minutieusement préparée dans un laboratoire sent un comportement de certains diplomates qui ont peur de nouvelles compétences dans cette ambassade.

En effet, a-t-on relevé, plusieurs membres de cette ambassade ayant largement dépassé leur mandat de 10, 15 voire 20 ans ont vu d’un mauvais œil l’arrivée d’un seul individu dénommé Jokay Kayenga, nouvellement nommé Premier secrétaire d’ambassade de la RDC à Beijing.
Jeune diplomate dynamique, Jokay Kayenga est un polyglotte parfait (Français, Anglais et Mandarin), ayant obtenu un diplôme de Licence en langue chinoise et Culture orientale à Beijing Jiaotong University depuis 2010. Détenteur d’un autre diplôme Executive MBA (Leadership Development) dans la même université, ce jeune congolais est, depuis 2017, spécialiste des Communications et Conseiller Economique à l’ambassade de la RDC à Pekin.
Founder & CEO de Tacino Kitchen and Cookwares California/Beijing, depuis avril 2016, Jokay Kayenga a presté aussi comme consultant au China Africa Business Council (Major Club) depuis 2013 jusqu’à ce jour. Plusieurs témoignages confirment ses capacités d’avoir contribué à améliorer les actions et démarches des investisseurs de son pays d’accueil en Afrique.
Dans l’unique objectif de disqualifier un « Cerveau gênant », par ricochet de saper l’honneur de la Ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, les détracteurs de Jokay Kayenga sont allés jusqu’à affirmer que le concerné n’a aucun numéro matricule au sein de son ministère.
Cependant, les archives de la direction des Services généraux renseignent que Jokay Kayenga porte le numéro matricule 1.398.299 au Secrétariat général de l’Intégration régionale. Son nom est même repris dans l’arreté n°022 /ME/MIN.FP du 23 janvier complétant l’arrêté n° 124/ME/MIN.FP/2018 du 18 juillet 2018 portant régularisation de la situation administrative des agents de carrière des services publics de l’Etat de l’administration du ministère des Affaires étrangères.
Somme toute, face à ces évidences, les fonctionnaires aux Affaires étrangères se demandent pourquoi toute cette agitation à cause de la nomination d’une seule personne ? À qui profite ce trouble qu’on ajoute dans l’opinion à travers des articles de presse au moment où le ministère des Affaires étrangères est concentré sur des sujets aussi prioritaires liés à l’amélioration des conditions de travail de nos missions diplomatiques à travers le monde?
D’ores et déjà, a-t-on appris, les dossiers du rapatriement de ce personnel ayant largement dépassé le mandat est en plein examen à la Centrale à Kinshasa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News