loader image

Impact News

Contrat entre le Ministre Tony Mwaba et la firme allemande « Veridos »: Prof Félix Shimata Bakajika dénonce l’inopportunité de cet acte par une lettre ouverte!



C’est la semaine passée que le Ministre ayant en sa charge l’éducation primaire et secondaire, Monsieur Tony Mwaba a signé un contrat avec la firme allemande « Veridos » dans le marché d’octroi des cartes biométriques aux élèves congolais.

Cette décision n’a pas laissé indifférents les observateurs congolais. Lésé par ce qu’il pense être l’usurpation de compétences, le Professeur Félix Shimata Bakajika a décrié ce contrat signé entre le Gouvernement congolais et « Veridos ».

Dans une lettre ouverte dont une copie parvenue à notre Rédaction, le Professeur Félix Shimata estime que l’octroi des cartes biométriques aux élèves à ce moment est inopportun. Et que, avec ces millions de dollars payés à la firme, on pouvait construire des écoles et/ou équiper les anciens locaux des bancs pouvant permettre les élèves de bien étudier.

Pour cet homme de science, il importe peu d’embrasser cette initiative alors que le Ministre de l’EPST a plusieurs dossiers contraignants qui traînent dans le placard faute des moyens. Et qu’avec cet argent, on peut viabiliser plusieurs infrastructures scolaires vétustes.

Son indignation c’est également du fait que la numérisation de toute l’administration publique congolaise est l’une des attributions du ministère du Numérique. Et que seul ce ministère devrait s’y pencher. Son inquiétude, c’est aussi le fait de laisser des données aussi importantes et stratégiques du pays entre les mains étrangères. Il appelle enfin le Ministre de l’EPST, Maître Tony Mwaba, à reconsidérer sa décision alors qu’il en a encore le temps.

Rédaction

Ci-dessous la lettre ouverte du professeur Félix Shimata Bakajika

Lettre Ouverte à Monsieur le Ministre de l’EPST: Le Plan Numérique de la RDC
Disqualifie Tout Nouveau Contrat avec VERIDOS

Je vous fais cette note parce que j’ai une préoccupation qui me ronge.

De votre entretien avec les représentants de la firme VERIDOS, il ressort que ces représentants ont su vous convaincre de signer un nouveau contrat. Les points clefs de leur argument est que ce projet est un point d’appui à la pierre angulaire de la politique du Président de la République sur la gratuité de l’enseignement. Il a pour innovation la capacité qu’il donne à l’EPST dans l’identification et le calcul de nombre des élèves, dans le calcul de la prévision budgétaire, et la contribution à la bonne gouvernance du ministère.

Cet argument suffit-il à vous convaincre de signer ce contrat ? Je ne pense pas.

Le Numérique d’un pays est la version numérisée de l’administration publique et de toutes les données de « l’être » de ce pays. Mon inquiétude s’agrandit quand je constate que l’engagement que vous venez de prendre avec VERIDOS ne tient pas compte de cette réalité.

La matérialisation de la vision du chef de l’Etat pour le secteur de l’EPST vous enlève le droit de recourir aux services de VERIDOS pour concrétiser la bonne gouvernance de ce ministère. En effet, la mise sur pied du Numérique de EPST dans le contexte de cette vision doit et devra offrir à long et à moyen termes les services ci-après:

Les services pédagogiques: cahier de texte numérique, accès aux bibliothèques numériques, outils collaboratifs, blogs, forums, classes virtuelle, centres de tests, etc.
Les services de communication avec les parents: messagerie, informations des personnels et des familles via vidéoconférence, etc.
Les services de gestion des élèves : identification des élèves, dropout, évaluations de réussite, etc.
Les services de gestion des enseignants: formation, contrôle des effectifs, fraude, etc.
Les services de gestion des ressources scolaires : infrastructures, etc.
Les services de gestion de finance.

Ce contrat avec VERIDOS engage des dépenses que pouvez utiliser ailleurs pour améliorer l’infrastructure vieillissante de beaucoup d’écoles et en construire de nouvelles. En effet, comme on peut s’en rendre compte, les promesses que cette firme vous offre ne représentent rien de nouveau. Elles sont des retombées automatiques de la numérisation du secteur Educatif tel que l’envisage son excellence le Président de la République à travers le «  Plan National du Numérique – Horizon 2025 » et telle que va le matérialiser notre Ministre du Numérique.

Ces remarques s’adressent à tous les ministres de tous les secteurs. Le Numérique doit se concevoir dans un plan général qui prend en compte tous les secteurs de toute l’administration publique du pays. Cette tâche ne revient qu’au seul ministère du Numérique, le seul qui doit prendre en charge la numérisation de l’Administration de toutes les institutions publiques de la République Démocratique du Congo.

Partout dans le monde, le secteur du Numérique constitue la fondation de la croissance de la classe moyenne d’un pays. Le «  Plan National du Numérique – Horizon 2025 » ne peut réussir qu’à une seule condition: miser sur une formation locale d’ingénieurs informaticiens de haute facture avec de qualités équivalentes à celles requises sur les marchés des pays super-informatisés.

Utiliser les étrangers pour matérialiser cette vision du Chef de l’Etat met en danger la sécurité du pays. Insistons tous et rassurons-nous tous que la mise en œuvre de cette vision doit et devra se faire avec les ingénieurs informaticiens congolais et les entreprises congolaises.

Prof. Felix Shimata Bakajika Tshinanga
shimatat@yahoo.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News