loader image

Impact News

Délabrement du pont Mahenge : Si rien n’est fait, Camp-Luka sera coupé du reste du monde.

✓Félix Tshisekedi interpellé



Et oui, si rien n’est fait, Camp-Luka va sombrer. Ses habitants, n’auront que leurs yeux pour pleurer face aux autorités kleptomanes, indifférentes et sadiques qui ne voient que leurs propres intérêts.

Situé en plein centre ville de Kinshasa, le quartier Camp-Luka compte à lui seul pas moins de 100 milles âmes qui, comme la quasi-totalité de congolais, vivent dans une précarité sans précédent.

Telle est une péninsule, Camp-Luka est entouré de deux rivières dont l’une passant notamment par sa seule porte d’entrée située à l’ouest du quartier allant vers le quartier Jamaïque dans la commune de Kintambo.

Un pont fut jeté sur la rivière Maluku permettant ainsi l’entrée et la sortie paisibles de ces riverains. Malheureusement, depuis un bout de temps, tout tourne en cauchemar. Le pont cède du jour au lendemain demain et se dégrade à une vitesse vertigineuse.



A moindre pluie, même de quelques minutes, la sortie tout comme l’entrée au Camp-Luka devient un chemin de la croix. Les piétons tout comme les véhiculés, tous en souffrent. Pas de passage ! Élèves, débrouillards et travailleurs, tous obligés de marcher sur les eaux usées bouées et puantes au risque de se faire salir par les conducteurs des différents engins roulants qui comme les piétons, se fraient aussi le chemin pour passer.

Une situation que les notables du quartier ne peuvent décanter car exige beaucoup d’argent, d’où les cris de détresse aux autorités étatiques rationnelles de venir en aide à ce quartier.

Les vains efforts des notables

Malgré leurs maigres moyens et les responsabilités qui pèsent sur leurs épaules, quelques notables du quartier ont essayé de faire quelque chose pour aider les leurs. Malheureusement, le geste posé par eux n’est qu’une goûte d’eau dans l’océan. Députés, Sénateur et autres, ont essayé, d’une manière alambiquée et isolée, chacun en ce qui le concerne, de palier à cette situation qui s’est avérée éléphantesque et les essoufflant malgré leur bonne fois.

Est-ce Camp-Luka est dans le « carnet rouge » de Félix Tshisekedi ?

Cette question, c’est celle que les dizaines de milliers d’âmes de Camp-Luka se posent, savoir s’ils sont les « mal-aimés » du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Ce sentiment de rejet et mépris se renforce de plus en plus quand on se rappelle que lors de la campagne électorale de 2018, Félix-Antoinne Tshisekedi alors candidat Président de la République pour le compte de CACH, avait été hué, lui et son directeur de la campagne Vital Kamerhe par la population de Camp-Luka.

C’était le premier jour du lancement de la campagne électorale. Sous une pluie battante, les deux frères de l’accord de Nairobi s’étaient décidés de lancer leur campagne au Camp-Luka. Contre toute attente, ils ont été froidement accueillies par cette population qui avait un attrait électoral pour un adversaire de Félix Tshisekedi. Vraisemblablement, c’est une scène que tout homme mentalement normal ne peut pas oublier, notamment le Président Tshisekedi.

D’aucuns s’accordent à affirmer cette thèse de mépris du quartier Camp-Luka par le « Premier Citoyen » du pays car lors du procès 100 jours, ont a entendu Monsieur Thomas Luhaka faire une déclaration qui fait froid au dos.

Selon lui, alors Ministre de l’ITPR du Gouvernement sortant de Tshibala, lors de la préparation du lancement du projet 100 jours, il avait demandé à ce que les travaux relatifs à la construction du pont reliant la commune de Selembao et Camp-Luka soient pris en compte dans les lots des travaux que l’on compter lancer. Malheureusement, dit-il, cette proposition n’avait pas eu l’approbation de la haute hiérarchie, donc la Présidence de la République qui pilotait ce projet.



Tout porte à croire que le Président Tshisekedi ne s’est pas encore remis de cette déconvenue et revers face à la population de Camp-Luka.

Tel est l’enfant prodigue, la population de Camp-Luka se remet à la magnanimité du Président Tshisekedi

Tout le monde, mieux tout chrétien se rappellerait de l’histoire de l’enfant prodigue.
Tel est ce prodigue enfant, la population de Camp-Luka sollicite la magnanimité du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi pour trouver solution à leur problème.

Autres temps autres mœurs dit-on, cette population a grandi et est assagie. Elle a manifesté son adhésion tout azimut à la vision politique de Félix Tshisekedi depuis l’apogée de l’Union Sacrée. Derrière le Chef de l’État par l’entremise de Mboso N’Kodia Pwanga, les habitants de Camp-Luka n’ont pas manqué une occasion pour soutenir le Primat du pays. Lors de son retour au mois de novembre en cours après son périple au Moyen-Orient et en Europe, on pouvait voir les colonnes des habitants de Camp-Luka en cohorte pour l’accueillir. Pour eux, cette déconvenue appartient au passé. Désormais, ils sont derrière le Chef de l’État. Leur soutien est sans précédent. Le moins que l’on puisse demander en retour, c’est que le « Béton » national actionne sa machine pour « bétonner » les routes de Camp-Luka et par ricochet, alléger leur souffrance.

Vivement l’intervention du Chef de l’État Félix-Antoinne Tshisekedi Tshilombo pour prouver à ces populations qu’il n’est pas rancunier.

Molende MUTEBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News