loader image

Impact News

Dos contre mur,
Moïse Katumbi condamné à errer comme Jack-o-lantern


La ligne rouge que Moïse Katumbi s’était fixé comme infranchissable pour le maintien de sa participation à l’Union Sacrée pour la nation est franchie.

L’homme de Kashobwe, comme il en a l’habitude, avait menacé de quitter l’Union Sacrée si jamais l’Assemblée nationale inscrivait la proposition de la loi Tshiani dans le calendrier des activités de la session de septembre 2021 et également si la même Chambre du Parlement entérinait l’équipe Denis Kadima en remplacement de celle de Corneille Naanga.


On le prenait au sérieux et d’aucuns ne pensaient que Moïse Katumbi était déterminé et rien ne pouvait lui empêcher d’atteindre son but.
Les menaces directes à l’endroit du Président de l’Assemblée nationale, mieux son bureau.


Il était donné pour vainqueur lorsqu’à la veille de la rentrée parlementaire de septembre 2021, la loi Tshiani qui viserait à l’empêcher de briguer la magistrature suprême est déclassée. Liesse dans son camp.
Dans leurs bouches: « ils ont eu peur de nous« . C’était une bataille gagnée par lui et avait renforcé par ricochet son égo surdimensionné. Il croyait qu’à chaque fois qu’il ouvrirait sa bouche, tous les Congolais devraient s’aligner et obéir.


A sa grande surprise, alors que les missions diplomatiques faisaient de va et vient chez Mboso pour obtenir la surséance de l’entérinement de la nouvelle équipe, il apprend que sa ligne rouge est franchie. Mboso N’Kodia Pwanga n’a pas cédé et n’a pas eu non plus peur de menaces puériles de Moïse Katumbi.
Tout le monde savait qu’au soir même de ce samedi 16 octobre, Katumbi allait claquer la porte. Contre toute attente, au lieu de mettre en pratique ses menaces, le richissime homme d’affaires écrit à Félix Tshisekedi lui demandant de ne pas prendre l’ordonnance reconnaissant à cette équipe cette qualité.


Quelle honte !? Nulle part dans ses menaces il avait fait allusion à cette démarche ahurissante. L’opinion se moque de lui. On peut voir sur les réseaux sociaux comme il est froissé.
« Colombie produit, Pablo Escobar vend, Daniel Safu fume Mais c’est dans la tête de Katumbi que ça agit. Et voilà entrain d’écrire à Fatshi pour lui demander si la ligne franchie et rouge ou rougeâtre », nous pouvons lire ce post de Alidor Matuidi sur Twitter.
C’est la même question qui taraude la tête de plusieurs. Si vraiment Moïse Katumbi était sérieux, ne devrait-il pas déjà suspendre ses activités à l’Union Sacrée ? Les menaces qu’il proférait à longueur de journée les prenait-il vraiment au sérieux ?
Une chose est certaine, si Katumbi part de l’Union Sacrée, il va beaucoup perdre. Il va perdre plusieurs cadres de son regroupement politique qui sont aux affaires. Les membres du Gouvernement, les mandataires publics et les membres des cabinets politiques. Il va s’errer dans la nature.


Que peut-il faire maintenant, pauvre Katumbi.
Quitter Union Sacrée pour la Nation pour rejoindre le FCC? Impossible sinon c’est sa mort avec des caciques qui l’attendent au tournant.
Quitter Union Sacrée pour rejoindre Lamuka ail Faden? Impossible les deux frères-là ne voudraient pas être encombrés et engloutis
Que doit-il vraiment faire? Quitter Union Sacrée pour se constituer son bloc? Impossible avec la dissension en son sein et les gens ne le prendront plus au sérieux.


Rester dans l’Union Sacrée, chose difficile car ses marges d’ambitions sont complètement réduites.
Tel est Jack-o-lantern le personnage mythique de la fête d’Halloween, Moïse Katumbi alors dos au mur est conditionné à errer dans la nature sans savoir où poser ses pieds.

IN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News