loader image

Impact News

Durba sous menaces des groupes armés :
La Synergie des Sociétés civiles veut favoriser l’entrée dans le Haut-Uélé des éléments des forces négatives en fuite du Nord-Kivu et de l’Ituri à la suite de l’état de siège !

Durba est sous menace. Quelques seigneurs de guerre veulent favoriser l’entrée des éléments des forces négatives qui fuient les actions menées par les Forces Armées de la RDC dans les provinces voisines du Nord-Kivu et de l’Ituri, à la suite de l’état de siège décrété le 1er mai 2021 par le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo pour lutter contre l’insécurité qui a élu domicile dans cette partie du territoire national. Ces seigneurs de guerre, regroupés dans ce que l’on appelle abusivement Synergie des Sociétés civiles du secteur de Kibali dans le Territoire de Watsa, Province de Haut-Uélé, sont déterminés à briser la paix et stopper le développement de ce coin du terroir.
C’est dans cet objectif qu’ils ont décrété trois jours de ville morte et des marches pacifiques à partir du lundi 24 au mercredi 26 mai prochains sur toute l’étendue de la Cité de Durba pour favoriser l’entrée de ces groupes rebelles avec lesquels ils sont de connivence. C’est à travers un tract appelé  »Communiqué » dont la signature ne porte pas le nom de son auteur pour se limiter à sa fonction de Chargé de Communication que ces actions dites pacifiques, mais qui sont en effet, le lit de l’entrée des groupes armés, ont été annoncées à la population.

Très vite, une grande frange de la population rejette cet appel à ces marches et villes mortes dans un environnement d’insécurité dû à la fuite des éléments des forces négatives qui sévissaient en Ituri et au Nord-Kivu qui viennent se réfugier à Durba.
Alors que l’on cherche la stabilité des institutions, ces seigneurs de guerre, exigent le départ sans délai des autorités politiques, militaires et policières qui ont démasqué leurs manoeuvres à créer l’insécurité dans le territoire de Watsa. Ce ce qui justifie l’irresponsabilité qui caractérise ce communiqué dont personne n’a accepté d’apposer sa signature.

Contactée, la population de Durba rejette ces actions surtout pour l’éducation des enfants dont l’année scolaire et académique a commencé en retard. Ce qui pourra perturber leur parcours et les mettre en retard par rapport au calendrier scolaire et académique. Les autres élèves et étudiants de Durba seront ainsi en retard par rapport à leurs homologues des autres contrées. Cela va porter un lourd préjudice surtout que les dates des examens et des sessions resteront les mêmes pour tous les élèves et étudiants de toute la République dont ceux de Durba. Encore que la vie à Durba se mène comme à Kinshasa et dans beaucoup de grandes agglomérations du pays. Il faut sortir chaque jour pour trouver du pain. A chaque jour suffit sa peine.  »Trois jours, ç’en est de trop pour nous qui nous réveillons chaque matin pour trouver de quoi nourrir nos familles », a déclaré Mme Kpalay Jeanine, avant de rappeler: »Nous avons connu de durs moments de rester à la maison à la suite de confinement dû à la pandémie à Coronavirus avec toutes ses corollaires et ces bandits veulent encore nous maintenir à la maison trois jours, alors que nous sommes en retard dans beaucoup de choses », a-t-elle déploré.

Pire, la Cité est en pleine effervescence de son développement avec diverses constructions des infrastructures, tout comme des habitations. Ces actions vont ainsi retarder l’élan qu’a pris Durba depuis un temps qui se métamorphose chaque jour.


Voilà pourquoi cette grande frange de la population attend boycotter ces actions et les saboter en vaquant paisiblement à ses occupations.
Les investissements n’aiment pas les bruits. Ces actions politiques risquent de porter un coup dur à la stabilité que connaît Durba depuis un temps et provoquer ainsi la fuite des investisseurs qui pourront refuser de venir jeter leur argent dans un environnement d’insécurité que ces fauteurs des troubles veulent créer.

Heureusement que l’Administrateur du territoire de Watsa, Monsieur Makanda Mwamba Lubusu, un homme averti, a su anticiper pour annuler, ensemble avec la Fédération des Entreprises du Congo, Fec Section de Watsa et Fenapec, ces marches et villes mortes dont les objectifs sont de déstabiliser la contrée.
C’est à travers un Communiqué Officiel signé ce samedi 22 mai 2021 que l’autorité administrative a rejeté en bloc ces actions.


Nicole Kakese/Durba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News