loader image

Impact News

Élections dans le Tanganyika : Quand les kabilistes tiennent mordicus à contrôler cette province !

✓Félix Tshisekedi interpellé

Ça chauffe au niveau de la province de Tanganyika à l’approche des élections visant le remplacement de l’ancienne équipe vomie et éjectée pour une cause noble.

D’aucuns n’ignorent les enjeux géopolitiques de cette province se trouvant dans la partie sud-est du pays.

Après la publication du calendrier des échéances en question par le Vice Premier Ministre Ministre de l’Intérieur, les uns et les autres se sont annoncés pour briguer ce mandat territorial.

Dans la province de Tanganyika où la famille Kabila avait sa main mise par l’entremise de Zoé Kabila, les choses se compliquent pour l’Union Sacrée. Considérée comme une vache à lait, les Kabilistes tiennent mordicus de revenir aux affaires. Après Zoé, ces sbires de FCC ne jurent qu’à contrôler cette province pour des raisons inavouées.

Rien ne semble bloquer leur élan. L’argent, connaissances, promesses fallacieuses, ils sont dans tout. Pour maximiser leur chance, ils ont même multiplié les candidats, question de barrer la route au Président Félix Tshisekedi qui a une vision innovante et révolutionnaire.

Ils seraient au nombre de 12, ces hommes et femmes de main de Kabila et de Moïse Katumbi dont les plus cités, Fanon Beya, Julie Ngungwa, Alex Kabinda Ngoy et Elysée Kahozi.

Qui sont-ils ?

La ruse, la manipulation et l’imposture sont ces vices qui caractérisent ces hommes de confiance de Kabila, affirme une source qui a requis l’anonymat. En lisant entre les lignes affirme la même source, on peut bien dénicher leur vraie nature.

Fanon Beya qui a déposé sa candidature la fin du mois d’octobre dernier serait proche de Moïse Katumbi et roulerait pour lui. Bien que se déclarant candidat unique de l’Union Sacrée lors du dépôt de sa candidature, alors que membre du parti politique en froid et en affront avec le Président de la République ont peut bien comprendre qu’il ne s’agit pas du choix de l’Union Sacrée qui jusqu’à présent se concerte pour proposer un ticket unique.

Julie Ngungwa se réclamant proche du directeur de cabinet du Chef de l’État Monsieur Guylain Nyembo se trouve être un pur produit du FCC, ajoute notre source. Et que c’est pour des raisons électoralistes, répondant aux stratégies de cette famille politique, qu’elle accepte cette posture. Être élue comme Gouverneur de Tanganyika, se serait la suite de la gestion décriée.

Promettant monts et merveilles, Alex Kabinda Ngoy, bâtonnier de Tanganyika serait le conseiller juridique de la famille de Joseph et suppléants de la députée Jaynet Kabila.

A la lumière de ces informations, pouvons-nous nous poser la question de savoir si il est de quel camp politique ? Tout est clair.

Enfin, nous avons Elisée Kahozi. Se proclamant proche du Président de la République, celui-ci espère, prétendument de son amitié avec le Chef de l’État, qu’il ait la bénédiction du cité pour satisfaire son égo de devenir Gouverneur de cette province.

Quid de la position de l’Union Sacrée

C’est un corps et un système, l’Union Sacrée! Pour maximiser les chances de gagner dans cette province, les tractations se font à la hiérarchie. Au moment opportun, elle va dévoiler son ticket gagnant. Chaque parti membre de cette famille politique vient avec ses propositions qui permettent à tous de réfléchir et de proposer non seulement un ticket répondant aux vœux de l’Union Sacrée, mais aussi celui de diriger en bien la province et par la même occasion permettre à ce que la vision du Chef de l’État soit appliquée à la lettre dans ce coin. Il aura pour tâche de poser les jalons pour qu’en 2023, Félix Tshisekedi soit le mieux élu de cette province où l’UDPS n’a pas d’encrage.

Que le Chef de l’État ouvre ses yeux

Oui, le Président Félix Tshisekedi devra ouvrir ses yeux et lire entre les lignes pour un choix judicieux. En sa qualité d’autorité morale de l’UDPS, il devra faire tout pour que durant son mandat, le parti cher à son défunt père, Étienne Tshisekedi, soit implanté dans les coins et recoins du pays. Quelles que soient ses affinités avec qui que ce soit, il devra porter son choix sur celui qui lui sera loyal. A lui et à lui seul, et non par intermédiaire.

Est-il que son parti politique, l’UDPS a déjà porté son choix sur un jeune, fils de cette contrée, il sera préférable de faire confiance à ses collaborateurs de longues dates.
Ceci vaut une interpellation !

CP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News