loader image

Impact News

Haut-Katanga/Justice: Arrêtés depuis 2012, 9 présumés mai-mai emprisonnés, passent 9 ans sans jugement à Kasapa.

La sonnette d’alarme a été sonnée ce jeudi 06 mai 2021 par le réseau pour la réforme du secteur de la justice du Haut-Katanga, en faveur de 9 présumés mai-mai arrêtés depuis, afin d’humaniser la procédure judiciaire.

D’après le RRSJ/Katanga, les présumés mai-mai arrêtés étaient au nombre de 15.

C’est les éléments des FARDC en patrouille dans les campements des champs aux environs du village Kyalwe, Groupement Musabila dans le territoire de Mitwaba en 2012 et acheminés à Mitwaba et puis à la Prison de Kipushi sous prétexte qu’ils sont insurgés mai-mai.
Malheureusement, ces détenus dont le nombre initial était 15 vont passer plus de 7 ans de détention dans la Prison Kipushi sans jugement; 4 trouveront la mort suite aux conditions carcérales difficiles, et deux autres qualifiés des mineurs vont recouvrir leur liberté grâce à la médiation menée par le CICR.

Notons que, neuf qui étaient transférés à la prison Kasapa dans le processus de désengorger celle de Kipushi viennent de totaliser 9 ans sans jugement, dans le centre de rééducation et resocialisation de la Kasapa.

Pour le RRSJ/Katanga, cette situation viole les règles minima pour des personnes en détention et différents instruments internationaux et régionaux en matière de la promotion des droits de l’homme auxquels la RDC est partie prenante, la constitution du Pays et le sens humain, qui nécessite l’attention des autorités judiciaires et politico-administratives au niveau du Haut-Katanga pour soit sa régularisation ou la relaxation simple de tous les détenus.

Il ‘agit des détenus en vie :
1.Banze Kalolo (Alias Marocain)
2.Bulongo Kalumba Papy
3.Ilunga Wa Kayombo Eustache
4.Kafita Maleji Jean Pierre
5.Kamwanya Henriette
6.Mabinga Kisolo
7.Mabotu wa Kumbwe Gérôme
8.Museka wa Maloba Ferdinand
9.Seya Kanyaka Jean Marie.

Se joignant au communiqué de la protection civile publié par l’ONGD Action contre la pauvreté, ACP en sigle, le Réseau pour la Réforme du secteur de la justice RRSJ/KATANGA plaide que les dossiers de ces détenus soient examinés urgemment pour que l’État de droit ait réellement son sens dans le secteur pénitentiaire.

Gédéon ELONGA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News