loader image

Impact News

Insubordination, usurpation et indiscipline à la Présidence de la République : Yan Fumuatu en paie le prix

Les services de sécurité ou des renseignements sont caractérisés par la discipline qui en est la mère. Ils sont ordonnés et coordonnés d’une manière très bien hiérarchisée parce qu’étant pratiquement un service paramilitaire.
Que non, profitant de quelques largesses de leur hiérarchie, certains agents et cadres ont poussé très loin leur outrecuidance pour s’offrir une sorte de libertinage, bafouant ainsi toutes les règles en la matière.

C’est le moins que l’on puisse décrier, à la suite des fuites d’information au sein de la Direction Générale de Migration qui constatent avec amertume, la liberté que s’offre un des trois Assistants Principaux du Conseiller Spécial du Président de la République en matière de sécurité dont le comportement par lui affiché frise la rébellion.
En effet, selon la même source au sein de la DGM, indique que Monsieur Yan Fumuatu, puisque c’est de lui qu’il s’agit, ne respecte personne. C’est un électron libre qui se croit au dessus de la loi et des règles établies.

Rébellion, indiscipline, insubordination, extorsion et trafic d’influence sont là les principaux reproches dont il serait accusé par la même source qui le voit entre deux avions chaque semaine.

Pour cette source, Yan Fumuatu affiche un comportement de nature à mettre en péril la sûreté de toute la nation.

Gravissime, au lieu de se contenter de son escarbeau, Yan Fumuatu se serait fait passer pour le Conseiller Spécial adjoint du Chef de l’État en matière de sécurité. Un poste qui n’existe pas dans l’organigramme du Cabinet du Chef de l’Etat.


Par ce grade qu’il s’est bombardé, l’homme se permet de voyager en électron libre sans autorisation préalable de son Chef direct qui est le Conseiller Spécial du Chef de l’Etat et Patron du CNS.


Avec ce titre, il a bravé toutes les mesures liées à la lutte contre la pandémie à Coronavirus pour voyager à l’intérieur du pays, dans différents postes frontaliers où il a procédé aux déchargements de plusieurs cargaisons des marchandises.
Il a été aperçu à Matadi où il aurait déchargé une cargaison des matériels militaires.

Il s’est permis de convoquer, menacer, extorquer différents responsables des entreprises du Portefeuille de l’Etat et quelques responsables des services et établissements publics en se faisant passer pour le Conseiller Spécial adjoint du Chef de l’Etat en matière de sécurité. Ce qui a étonné certains agents et cadres qui évoluent au sein de ces services, c’est lorsqu’il se croit tout permis pour opérer sans feuille de route ou ordre de mission de sa hiérarchie.

Pire, l’homme ne s’est pas limité en RDC. Il s’est même permis d’aller dans certains pays africains dont la République Sud-africaine, la République Centrafricaine et la Guinée Conakry. Au Rwanda en particulier, l’homme a sollicité de rencontrer certains officiels en vue de se faire recommander comme Administrateur Général de l’ANR, poste assumé avec efficience par un vieux routier des services, Izun Kakiak.

A la suite de toutes ces mésaventures, il a reçu des demandes d’explication et écopé plusieurs mises en garde qui ne l’ont pas corrigé.
Alors qu’il voulait se rendre en Guinée Conakry, à l’aéroport international de Ndjili, un agent de la DGM a tenté de vérifier ses pièces.

Usante comme par le passé de son trafc d’influence alors qu’il avait l’interdiction de quitter le territoire sur instruction du Conseiller Spécial à la Dgm, empêché justement de se déplacer, Yan Fumuatu s’est servi de ses biceps sur un agent de migration afin de braver en vain l’interdiction. Cette flagrance lui vaut à ce jour une suspension.
JCN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News