loader image

Impact News

Interview/ activiste pro démocratie de premières heures, Franck Bapingi estime que les personnes de la trempe de Tony Mwaba sont rares:  » S’il n’était pas venu à la tête de l’EPST, on ne parlerait plus peut-être de la gratuité de l’enseignement primaire ».

[Interview réalisée par Molende MUTEBA]



C’est un jeune ambitieux et déterminé. Les obstacles, il n’en voient guère lorsqu’il est déterminé pour ce qu’il juge noble. C’est cette même énergie qui a poussé le très jeune Franck, alors aux humanités, de braver la peur et la hargne du « régime de Kabila ».

Franck Bapingi et ses congénères dans les rues de Kinshasa manifestant contre le régime de Kabila



Activiste pro démocratie, Franck Bapingi, malgré l’opposition de ses parents et son jeune âge, a lutté dans les rues de Kinshasa presque une décennie durant contre le pouvoir de Kabila. Quoi que sorti indemne, le jeune a quand-même subi la « fureur des ouailles de Kabila« . Plusieurs fois arrêté, violenté et séquestré, l’actuel Expert au Cabinet du Ministre de l’EPST Tony Mwaba doit sa vie à Dieu car selon lui, plusieurs de ses amis de lutte ont trépassé et d’autres sont portés disparus jusqu’à ce jour. Donc le fait qu’il soit encore en vie n’est rien d’autre qu’un miracle de Dieu qu’il sert comme « Diacre et dirigeant de la chorale à l’Eglise Néo-apostolique ».

Dans cette interview, Franck Bapingi parle de son enrôlement dans l’activisme politique actif, le calvaire vécu durant cette période et de la gestion de Félix Tshisekedi. Également, l’homme parle de Tony Mwaba, le Ministre pour qui il travaille comme Expert dans son cabinet et qu’il nomme « le Sauveur de la gratuité« !

Molende MUTEBA : Vous êtes Monsieur Bapingi Franck, licencié en Sciences de l’information et de la Communication expert au Cabinet du Ministre de l’EPST. Est-ce nous avons oublié un élément important de votre personnalité ?

Franck Bapingi : Évidemment, vous avez oublié deux ou trois choses. Je suis également activiste pro démocratie, président national d’un mouvement des jeunes, Cercle des Réflexions Patriotiques.

MM: Vous vous êtes enrôlé dans l’activisme Politique depuis quelle année ?

FB: J’ai commencé la politique depuis les humanités entre 2009 et 2010. A l’époque j’aimais être les défenseurs des élèves, le porte parole et tout ce qui va avec.
Mais en 2011 j’ai participé dans plusieurs meetings populaires des candidats aux élections et voilà j’ai commencé ma vie des défenseurs des opprimés.

MM: Nous sommes en 2011, l’année où vous aviez débuté votre activisme politique actif. Pourriez-vous nous dire comment cela a effectivement commencé ?

FB: Vous vous souviendrez du retour à Kinshasa des 3 candidats Étienne tshisekedi, Joseph Kabila et Vital kamereh qui a causé beaucoup de morts. C’est ce jour-là que je suis sorti pour accueillir l’opposant Tshisekedi et pour ma première fois j’ai dû résister à la bavure policière de la Tshangu jusqu’à Lemba sous les coups de balles réelles et des lacrymogènes.

Après ce jour, lors de la publication des résultats je crois en janvier, il n’y avait pas du courant. La CENI déclara Joseph Kabila vainqueur, j’étais chez nous à la maison et une balle a traversé la toiture et j’ai échappé bel.
Je me suis dit, je pouvais perdre la vie sans être dans la rue entrain de réclamer les vrais résultats. Le lendemain je suis sorti et là, j’ai connu ma première arrestation.

MM: Vous dites que le lendemain de la publication des résultats des élections de 2011 vous étiez arrêté. Est-il possible de nous dire où étiez-vous emmené, de quelle manière vous étiez traité et comment vous aviez sorti de geôle?

FB: J’ai été comme un animal, sans respect des droits humains. Ils m’ont tabassé et m’ont jeté dans la jeep pour m’acheminer au Camp Lufungula. Je suis sorti comme par miracle juste comme ça après 3 jours de détention. Et j’étais vraiment tout jeune, innocent!

MM: Parce que vous étiez tout jeune, nous osons croire que vos parents n’étaient d’accord de la voie que vous suiviez ?

FM: Ça été pénible. Après ma libération, les parents m’ont interdit cette voie que j’avais stoppé pendant cette période pour reprendre à l’université.

MM: Après combien d’années aviez-vous repris votre combat et qu’est-ce-qui était à la base de ce came back?

FM: Mon retour était motivé par la proposition de loi sur l’identification des congolais proposée par Evariste Boshab pour repousser les élections.

Je pense j’étais parmi les ténors de cette grande marche du 19, 20, et 21 janvier 2015 à l’université de Kinshasa.

MM: Et depuis lors, vous n’avez plus renoncé à cette lutte malgré l’opposition des parents ?

Après mon retour, j’ai commencé à participer dans des grandes manifestations, les grands rendez-vous de l’opposition etc.
Malgré l’opposition des parents, j’avais déjà la tête ailleurs.
Je ne jurai que sur le départ de Kabila et l’amélioration des vies des congolais.

MM: Malgré le prolongement de deux années de son mandat, aujourd’hui Kabila est parti. Qu’est-ce que vous retenez de sa gestion ?

FM: La barbarie au vrai sens du mot

MM: Qu’est-ce vous personnellement vous déplorez de la gestion de Kabila ?

FM: Kabila n’avait pas de vision pour ce pays qu’il a dirigé par procuration.
Il était là en marionnette et ses collaborateurs dilapidaient les caisses de l’État sans vergogne.

MM: Aujourd’hui Tshisekedi au pouvoir depuis 3 ans. Êtes-vous satisfait de sa gestion du pays à mi chemin ?

FM: Pas trop satisfaisant pour dire vrai. Mais nous sentons la volonté de faire mieux, ce que nous pouvons faire c’est l’accompagner.

MM: Que reprochez-vous au juste à Tshisekedi ?

FM: Le seul défaut que Tshisekedi a c’est son casting. Il n’arrive pas à s’entourer des personnes qui ont le souci du Congo et des congolais. Il est entouré des affairistes de la « diaspouri » qui ont déssacralisé la Présidence. Une fois qu’il fera un bon casting, je pense qu’il se reposera et le Congo ira mieux.

MM: Aujourd’hui dans le Cabinet du Ministre de l’EPST, comment vous y êtes arrivé ?

FM: J’étais NU depuis 2018 à L’EPST quand l’excellence Tony mwaba est arrivé eh bien, il fallait saisir l’opportunité et voilà.

MM: Donc aujourd’hui Expert à l’EPST?

FM: Oui je suis Expert à l’EPST.

MM: Le Ministre Tony et vous, êtes arrivés à l’EPST au moment où la gratuité de l’enseignement de base battait de l’ail. Pensiez-vous qu’il vous serait facile de relever ce défi ?

FM: En RDC, rien n’est facile mais le seul bon choix du Président de la République Félix tshisekedi c’est d’avoir choisi Tony mwaba à la tête de l’EPST. Avec sa rigueur et sa lucidité, il va redresser ce sous secteur et pérenniser la gratuité de l’enseignement.

MM: Aujourd’hui, près de 9 mois après sa nomination, êtes vous satisfait de son bilan ?

FM: Son bilan est largement positif car il a réalisé 75% des objectifs que le Gouvernement lui a assigné.
Les 25% qui restent, ça sera en cette année.

MM: Quelles sont pour vous les prouesses enregistrées par le Ministre Tony Mwaba depuis le mois d’avril 2021 qu’il a été investi?

FM: L’Excellence Tony a réalisé des prouesses incommensurables dont notamment :
1. Nettoyage du fichier de paie des enseignants ;
2. Prise en charge des Nouvelles Unités de la maternelle;
3. Augmentation des frais de fonctionnement des écoles ;
4. Mise à la retraite progressive des enseignants sur fonds propres du Ministère dégagés après nettoyage du fichier de paie ;
5. Prise en charge progressive des NU du niveau secondaire ;
6. Lancement de la caisse de retraite;
7. Lancement de la Mutuelle des Enseignants (MESP) à MBUJI-MAYI ;
8. Paiement de la moitié de la prime de brousse;
9. Paiement acompte 2ème pallier ;
10. Signature du Code de bonne conduite des enseignants ;
11. Campagne pas d’école sans bancs ;
12. Transposition des grades des retraités ;
13. Construction du nouveau bâtiment EDUC TV ;
14. Construction salle call center au DGC (Direction de la Gestion de Communication)
15. Érection de Éduc TV comme direction indépendante du SGC qui devient une direction (DGC);
16. Redynamisation de la direction d’audit interne et formation de 100 auditeurs;
17. Rigueur dans l’organisation, la correction et la publication des résultats des épreuves certificatives;
18. Lancement de l’enseignement à distance ;
19. Combat pour la consolidation et la pérennisation de la gratuité et la révision en cours de la convention scolaire ;
20. La lutte acharnée contre les antivaleurs.

Fort de ces réalisations herculéennes et d’autres en cours, des proches du Ministre Tony Mwaba dénoncent le fait que certains, qui ont fait de l’EPST une mine d’or personnelle grâce aux antivaleurs, cherchent à nuire à l’image du numéro Un de l’EPST.

MM: Vous pensez que si le Ministre Tony Mwaba n’était pas venu à l’EPST personne d’autre ne pouvait actionner toutes ces réformes et réalisations?

FM: En un temps record ? Ces genres des personnes sont rares.

MM: Vous concernant, qu’est-ce qui reste de congrès au Ministre de faire pour atteindre les 100%?

FM: Que le Parlement vote un budget conséquent pour ce sous secteur car nous n’avons pas des moyens nécessaires pour redresser le sous secteur de l’EPST.

MM: Alors vous dans votre cellule d’Experts, quel est votre travail précis ?

FM: Monsieur le journaliste, notre travail au sein de la cellule est de contrôler le service administratif et technique de l’EPST, mais aussi suivre l’exécution de chaque décision du Ministre pour sa concrétisation.

MM: Votre dernier mot pour cette entrevue

FM: Le temps est une composante du divin. Il est de ce fait éternel. Par contre, les époques et leurs différents acteurs se dissipent comme la fumée. Que Dieu nous aide à marquer notre époque d’une empreinte indélébile. Concentrons-nous sur l’essentiel et travaillons pour que nos vœux se réalisent.
Merci de m’avoir accordé cette interview bonne année à vous et au peuple congolais.

Interview réalisée par Molende MUTEBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News