loader image

Impact News

JeanBoscoKayomboinhumelaSNEL

La Société Nationale d’Electricité, SNEL a entamé sa descente aux enfers avec le retour de son ancien agent qui a été révoqué par l’ancien DG de cette entreprise. Il s’agit de Jean Bosco Kayombo Ngoy, ancien Directeur provincial du Katanga qui a fait brader cette société.
L’obscurité est devenue une règle et le courant une exception depuis son arrivée à la tête de cette entreprise. Depuis son retour, il a organisé une chasse aux sorcières pour régler les comptes à tous ceux qui avaient dénoncé sa megestion. C’est entre autres Monsieur Dominique Lumu, ancien Directeur Commercial à la Direction provinciale du Katanga mis à la retraite et dont l’actuel Directeur Général Jean Bosco Kayombo Ngoy enfoui le dossier pour que cet ancien cadre ne puisse pas entrer en possession de son décompte final. C’est depuis octobre 2017 que KAYOMBO a enfoui dans ses tiroirs le dossier des litiges entre la SNEL et M. LUMU MANDE NKATA Agent Retraité de la SNEL depuis le 31/10/2011. Ce dossier est relatif entre autres à son Décompte Final, à l’embauche de l’un de ses enfants et à la prise en charge des frais de séjour à Kinshasa d’avril 2016 à Mars 2018, soit 22 mois au taux de 200 USD/Jour. Toute tentative de sa part d’attaquer la SNEL en justice a toujours été cassée au départ par le recours aux « Faux- Frais » par M. NKUMBU et les avocats Kim DIBWE, BATUBENGA et CIMANGA
Refus de la révision à la hausse des Tarifs- HT de la Snel
Et pourtant, c’est lui qui a combattu la révision à la hausse des Tarifs-HT de la SNEL dans le but inavoué de l’empêcher de disposer de ressources nécessaires pour faire face à son lourd endettement vis-à-vis des mêmes miniers et leur permettre de faire main basse sur ce patrimoine par le biais de la consolidation du passif. Sa nomination comme DG/SNEL lui a ainsi offert l’occasion de tout mettre en œuvre pour parvenir à cette fin, c’est-à-dire faire échec à ce projet et geler les Tarifs.
A défaut, il n’avait d’autre choix que celui d’y procéder en prenant les risques de s’aliéner les bonnes grâces de ses maitres chinois.
Pris à son propre piège, il a joué à l’équilibriste sans y parvenir en procédant à une légère et insignifiante manipulation tarifaire de 0,0459 à 0,0465 USD/KW tout en restant très loin en deçà du tarif zambien en la matière qui est de 0,1377 USD/KW.
Pour atteindre ses objectifs, il a opéré la mise en place d’un nouveau Comité de la Délégation Syndicale/SNEL dirigé par ses propres pions en remplacement de celui de Eric Mbala accusé d’avoir
trempé dans sa révocation par l’ingénieur MBALA,
Une source au sein de cette entreprise l’accuse également d’abstention délibérée d’appliquer les 2eme et 3eme paliers du SMIG échus le 1er/07/2018 et le 1er/01/2019 dans le but d’énerver le personnel, troubler le climat social et laisser se gonfler le montant des arriérés des salaires que la SNEL ne saura liquider facilement, le tout dans le but d’opposer les agents et cadres de cette entreprise contre le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi.
Pour parvenir à cette fin, il aurait corrompu tout le monde : le Ministre MATUKU et probablement sa remplaçante Nene NKULU, l’intersyndicale du Congo, la Délégation Syndicale/SNEL et l’Inspection Générale de Travail qui laissent faire jusqu’aujourd’hui.
Très sûr de ses soutiens politiques en la personne du Général YAV, il a même mobilisé la Délégation Syndicale/ SNEL pour narguer les agents en date du 24 avril 2020 en conditionnant l’application du SMIG à l’amélioration par eux- mêmes du taux de recouvrement Moyenne et Basse tensions.
La même source indique aussi que l’actuel DG a procédé à l’application tardive en mai 2019 du 1er palier du SMIG qui n’a pas été accompagnée jusqu’ici de la revalorisation de la Rente pour les Retraités de la SNEL gelée depuis qu’il est là. Il faut aussi noter l’utilisation abusive à Lubumbashi du président de la Délégation Syndicale, M. KANA pour supprimer les soins de santé aux Agents Retraités/SNEL. Echec ! Mais cet élément dangereux peut toujours revenir à la charge. Comme à l’époque de MONTELEC, M. KAYOMBO a récidivé. Il aurait commandité la création des plusieurs sociétés de sous-traitance en se servant de prête- noms. C’est le cas de FRINA SPRL, attribuée à M. NKUMBU, le Directeur provincial de la SNEL à Lubumbashi. Une 2eme société appartient à Mme KALENGA, chef de la Cellule Juridique à Lubumbashi et une 3eme à M. KAMIN, un petit agent/ SNEL très proche de Jean Bosco KAYOMBO. La rupture forcée entre la SNEL et KGMS, cette dernière, obligée à laisser la place à FRINA SPRL a coûté à la SNEL une somme de 1,7 million
USD versée à KGMS dans le cadre d’un arrangement amiable. Comme toujours, ce montant a fait l’objet d’un partage au titre de retro- commission entre KGMS et les Responsables de la SNEL dont M. NKUMBU et KAYOMBO lui-même.
S’étant brouillé avec ses derniers autour des dividendes, il a, pour tromper la vigilance, ouvert une action disciplinaire contre M. NKUMBU par sa lettre n° DG/2020/1762 du 24/07/ 20. Le conseil de discipline prévu à cet effet n’a jamais eu lieu. Au contraire M. NKUMBU a été muté à Kinshasa pour effacer les traces.
L’homme a récupéré des 10 agents avec lesquels il avait été révoqué. Il aurait décaissé plus des 5 millions USD à titre de dédommagement pour lui-même et pour ses collaborations qui avait été révoqués avec lui. L’homme entretiendrait un fonds secret ou caisse- noire, autrement appelé « Faux-Frais » destiné à la corruption des juges et magistrats. Plus grave, il aurait récupéré le cabinet d’avocat Me KIM-DIBWE, neveu du Directeur Provincial NKUMBU que le DG/MBALA avait remercié pour plusieurs abus avérés. Pire, il est accusé de la complaisance et complicité avec ce cabinet à qui il aurait donné l’occasion d’exiger de la SNEL des honoraires indus de 1 million USD, etc. On signale l’inauguration en date du 17/06/19 d’une usine chinoise de fabrication des compteurs électriques à Kinshasa. Aucune autorité congolaise, même pas un chef de rue n’a été conviée à cet évènement. La situation des relations entre cette société chinoise et la SNEL doit être élucidée étant donné qu’avec Jean Bosco KAYOMBO tout peut arriver.
Nicole Kakese/C

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News