loader image

Impact News

Moise Moni Della: la date du 30 décembre doit être écrite en lettre d’or sur le fronton de la République

Je tiens à commémorer la date du 30 décembre qui rappelle l’acte patriotique de bravoure posé par les 13 parlementaires. Ils avaient rédigé un réquisitoire sévère contre le régime du parti unique et inique du Maréchal Mobutu. À la veille du dépôt de ce pamphlet, l’un des 13 parlementaires à la personne de Ngalula Panda Ndjila était arrêté par les sbires de Mobutu. Sans tarder, Tshisekedi wa Mulumba, Kanana Thiongo, Kapita Shabanghi et Anaclet Makanda se sont constitués eux aussi prisonniers au camp Tshashi où Ngalula était détenu. Il s’en est suivi la vague d’arrestations des autres députés faisant partie des 13 parlementaires. Après leur libération et relégation, ils ont décidé de créer en 1982, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) qui n’était plus une affaire seulement des 13 parlementaires mais plutôt des autres leaders charismatiques qui ont rejoint courageusement la dynamique. Il s’agit notamment de Kibassa Maliba, Liahu Ebua, Vincent Mbwakiem, Birindwa, Belanganayi, Kyungu Mukange, Mbayo, Kabundi, Omene Samba, Bijanu,…. Parmi les jeunes turcs qui ont suivi très tôt les 13 parlementaires on peut citer, Muntuntu, Gilbert Kakonde, Mukandila, Omer Nkamba, Mathieu Mulaja, Joseph Kadima. Parmi les étudiants qui n’ont pas hésité de rejoindre courageusement l’UDPS juste après sa création, on peut citer votre humble serviteur Moni Della, Serge Baluisha, Theo Kabeya, Bruno Tshibala, Roger Kakonge, Charles Kakonge, Dhagobert Kibaya et autres pionniers.
À l’extérieur du pays juste après sa création, l’UDPS était représenté à Bruxelles par Corneille Mulumba, à Paris par Manara, aux États Unis par Pasteur Dibinga, en Suisse par Kasala. Avant de fonctionner comme parti classique,
l’UDPS opérait comme mouvement de libération à l’instar de l’ANC de Mandela en Afrique du Sud, de la Swapo de Sam Sam Djoma en Namibie, ou de FLN en Algérie
A la seule différence de ces mouvements de libérations, l’UDPS ne prônait pas la lutte armée, mais plutôt la lutte pacifique à la Ghandi. Pour avoir été représentant du bureau Afrique de l’UDPS à Brazzaville, j’étais bénéficiaire de la neutralité positive du Congo-Brazzaville et de certains pays de la sous-région, même s’ils craignaient la contagion de l’opposition de l’UDPS dans leurs pays respectifs. L’UDPS est donc cette grande université politique de notre pays, une référence des partis politiques de masse en RDC et même en Afrique . À sa création, elle était constituée comme une véritable équipe nationale où toutes les provinces étaient bien représentées, à défaut des airs géographiques. D’où la constitution d’un directoire composé de Tshisekedi, Kibassa, Mbwakiem et Lihau. Lorsqu’ on écrira l’histoire de notre pays, comme avait prédit Patrice Lumumba, on n’oubliera pas non plus d’évoquer le rôle des autres mouvements politiques pour l’éclosion de la démocratie dans notre pays. Pour qu’on arrive à palper la démocratie dans notre pays, c’est un long processus cumulatif où plusieurs mouvements politiques, partis politiques, associations de la société civile, journalistes, activistes des droits de l’homme ont contribué. Certains ont versé de leur sang pour ce noble combat. Mais aujourd’hui, il s’agit de rendre hommage aux ancêtres de l’UDPS -les 13 parlementaires- qui ont posé en ce jour memorable un acte d’une grande portée historique et héroïque. Ils ont rendu possible ce que les gens disaient impossible. La vision d’une démocratie au Zaïre de Mobutu paraissait irréaliste, aujourd’hui c’est devenu une option réaliste. Nous sommes passés d’une idée virtuelle à un concept réel, grâce au 13 parlementaires et leurs compagnons de première heure. Pour finir, voici les noms et prénoms des 13 parlementaires: 1. Étienne Tshisekedi wa Mulumba 2. Isidore Kanana Thiongo Aminanga 3. Anaclet Makanda Pinga Shambuyi 4. Gabriel Kyungu Wa kumwanza 5. Francois Lusanga Ngiele. 6. Kapita Shabanghi. 7. Portais Lumbu Maloba. 8 Charles Dia Onken Ambel 9. Joseph Ngalula Panda ndjila. 10 Gabriel Biringamire Mugaruga. 11. Mbombo Lona. 12. Ngoy Mukendi. 13.Kasala Kalamba.

Pour ceux qui sont morts, que leurs âmes reposent en paix. Ils méritent une reconnaissance de la République. Et pour ceux qui sont vivants, je demande au président de les décorer et les gratifier maintenant. Ne pas attendre leur décès. Désormais, nous devons avoir les bonnes habitudes de reconnaître les mérites des gens de leur vivant, surtout lorsque la personne a écrit avec son sueur ou son sang son nom sur le fronton de la République, comme c’est le cas des 13 parlementaires. Si nous ignorons les mérites des ces grandes personnalités aujourd’hui, demain ce sera le tour des autres d’être minimisés. Au moment où le pays connaît une crise d’hommes que d’aucuns veulent qualifier de crise politique, économique ou social, l’acte posé par les 13 parlementaires peut servir d’exemple pour plusieurs générations.
Moise Moni Della Co-fondateur de l’UDPS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News