loader image

Impact News

Que cache la mort de l’Ambassadeur d’Italie en RDC?

Très tôt le matin de ce lundi 22 février 2021, la nouvelle de la mort de l’Ambassadeur d’Italie en République Démocratique du Congo, Luca Attanasio, avec ses deux compagnons a plombé les médias.

Le convoi du diplomate italien accompagné de Vittorio Lacovacci, conduit par son chauffeur Mustapha Milambo est tombé dans une embuscade dans le territoire de Nyiragongo, à une quinzaine de km au nord de la ville de Goma.

D’après le PAM, la délégation allait à Rutshuru pour visiter un projet de cantine scolaire. D’après certaines sources, les assaillants ont tenté d’enlever sept personnes du convoi quand des écogardes du parc de Virunga sont intervenus pour les en empêcher. Pour d’autres, l’attaque visait directement l’ambassadeur italien. Blessé, Luca Attanasio a été évacué par les écogardes avant de succomber à ses blessures, à l’arrière d’un véhicule, entouré d’un homme lui tenant la main alors que ses deux compagnons, Mustapha Milambo son chauffeur et son garde du corps avaient sur le champ succombé de leurs blessures. 

Sur le plan diplomatique, Luca Attanasio s’est évertué à retisser les liens entre son pays et Félix Tshisekedi, après la période difficile induite par les dernières années de la présidence de Joseph Kabila. Les relations entre l’Italie et la RD-Congo sont anciennes, et importantes en raison de la part prise par les missionnaires catholiques italiens dans l’évangélisation de cet immense pays. À l’indépendance, la communauté italienne était la quatrième communauté étrangère. Et Rome a été longtemps le premier partenaire commercial du pays. Luca Attanasio comptait sur 2022 pour renforcer cette relation bilatérale profitant de la conjonction de la présidence du G20 par l’Italie et de celle de l’Union africaine (UA) par la RD-Congo. À ce titre, Félix Tshisekedi est attendu à Rome pour représenter l’UA au prochain sommet du G20, les 30 et 31 octobre 2021.

Le Ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio qui séjournait à Bruxelles a confirmé cette nouvelle de la mort de Luca Attanasio : »C’est avec une profonde tristesse que le Ministère des Affaires étrangères confirme la mort, aujourd’hui à Goma, de l’ambassadeur d’Italie en République démocratique du Congo, Luca Attanasio, et d’un militaire », indique un communiqué. « Ils voyageaient en voiture dans un convoi de la Monusco », insiste-t-il.

Cependant, le communiqué rendu public par le Ministère de l’Intérieur, lu à la RTNC par le Porte-parole de la police, laisse entendre que les autorités provinciales du Nord-Kivu n’étaient pas saisies de leur présence dans cette province. D’où, aucune mesure de protection a été prise par les autorités provinciales du Nord-Kivu pour les sécuriser.

‘’Les services de sécurité et les autorités provinciales n’ont pu, ni assurer des mesures de sécurisation particulières du convoi, ni leur venir en aide faute d’informations sur leur présence dans cette partie du pays du pays pourtant réputée instable et en proie à certains groupes armés rebelles nationaux et étrangers’’.

 Ce flou au tour de la présence en catimini au Nord-Kivu de ce diplômate, à en croire le communiqué officiel du Gouvernement, ainsi que les circonstances de sa mort laissent d’aucuns perplexes. 

Dans le pays tout comme à l’étranger, cette situation  peine à être élucidée. Plus de questions que des réponses. A qui profiterait justement la mort de ce diplomate ? Cet Ambassadeur y était pour de fins non catholiques ? Pourquoi n’avait-il pas signalé sa présence aux autorités provinciales ?

 Est-ce que ce scénario est une sorte de message que ceux qui agitent et embrasent la partie Est du pays envoient aux partenaires extérieurs du Chef de l’État qui ne cessent de multiplier les actions pour pacifier cette partie du pays? 

Les enquêtes sérieuses doivent être menées pour élucider l’affaire qui a endeuillé non seulement l’Italie, mais aussi la République Démocratique du Congo en perdant son digne fils qui conduisait ce convoi.

Autre chose, ne seraient pas ceux qui ont étaient chargés d’exécuter les travaux du projet PAM, financé par l’Italie qui l’auraient aussi abattu au cas où rien n’a été réalisé et finalisé ?

En tout cas, des questions qui méritent des réponses avec les enquêtes qui devraient être ouvertes par les autorités congolaises.

Il sied de noter que la ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, accompagnée du Secrétaire Général aux Affaires étrangères, Dominique Kilufya, a rendu ce même jour, une visite de réconfort et de consolation à l’épouse et aux enfants de l’ambassadeur de l’Italie en RDC.


Christelle Bitota

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News