loader image

Impact News

RDC/Lutte pour le « juste prix »: Le ministère de l’Economie Nationale s’attaque aux produits pharmaceutiques

✓Les ateliers débutent le 7 décembre


Depuis son arrivée au pouvoir dans ce deuxième Gouvernement du premier mandat de Félix-Antoine Tshisekedi, le Ministre de l’Economie Nationale a fait de la politique de « juste prix » son cheval de bataille.

C’est aberrant, estime le Ministre Jean-Marie Kalumba Yuma que les prix des biens soient forfaitairement fixés aux seules fins d’enrichir les opérateurs économiques.

Il n’a pas attendu longtemps pour trouver ses marques et avancer dans sa démarche voulue salutaire pour les populations congolaises.

Moins de six mois au pouvoir, le patron de l’Economie Nationale s’est attaqué au tarif du transport aérien en République démocratique du Congo. Il est clair de constater que les entrepreneurs dans ce secteur exagéraient quant au tarif de leurs services. Après plus d’un mois de discussion, les deux parties se sont mises d’accord de revoir à la baisse le prix et ce, se basant sur la zone géographique et le trajet.

Cette victoire du Gouvernement congolais par l’entremise du ministère de l’Economie Nationale n’est sans conséquence. Le Gouvernement a eu, autant que les transporteurs, à renoncer à certains avantages qui lui revenaient de droit, question d’alléger la charge financière des entreprises de transport aérien.

Aujourd’hui, aucune ligne aérienne est tarifée à plus de 200$. Grâce au sens managérial et de négociation élevé de Jean-Marie Kalumba Yuma, le congolais lambda peut loisiblement aller dans n’importe quel coin du pays sans se faire la peine de son portefeuille.

Le deuxième chantier du Ministre Jean-Marie Kalumba, c’est le secteur des biens de première nécessité, plus particulièrement les produits surgelés. Là encore, l’homme s’est montré flexible. Après négociation, il était clairement visible que les importateurs profitaient de la naïveté et de la largesse des autorités d’antan pour s’enrichir derrière la population appauvrie. Une structure trop chargée avec des chiffres fallacieux. Fort malheureusement, ce qui étaient habitués à ces pratiques ont refusé d’obtempérer à la décision concertée entre le ministère et les délégués de la Fédération des Entreprises du Congo. Malgré la disposition du Gouvernement de renoncer à ses avantages et droits comme il en a fait avec les transporteurs, ces derniers sont restés catégoriques.

Pour les pousser à cette application, le Gouvernement de la République a commandé plus de 25 mille tonnes de poissons et bien d’autres produits de cette nature. Déjà, la première cargaison est arrivée au port de Matadi

Sans se lasser, malgré la déconvenue avec le dossier des surgelés, le Ministre Jean-Marie Kalumba Yuma s’en va en guerre contre la surfacturation des produits pharmaceutiques.

Pour lui, il est important que les produits pharmaceutiques, utiles pour la santé soient vendus à un prix raisonnable.

A cet effet, trois ateliers sont annoncés pour ce mois de décembre. Il sera question de réfléchir sur la rationalisation des structures des prix et tarifs des produits et services du secteur de santé. C’est le mardi 7 décembre prochain que le Président de la République va lancer ces assises au Palais du Peuple.

Bien avant cette date du lancement des assises, le Ministre Jean-Marie Kalumba a tenu à exposer le bien fondé de sa démarche devant les professionnels des médias.

Le mardi 30 novembre dernier, le Ministre Yuma a tenu un briefing devant une représentation de la presse nationale. Il a expliqué sa politique de la recherche de « juste prix« . Celle-ci, dit-il, vise à redonner le pouvoir d’achat à la population. A la même occasion, son Directeur de Cabinet Guylain Malere Mudekereza a relayé son propos en expliquant que l’instauration du « juste prix » pour les produits et services du secteur de la santé vise l’accès de tous aux soins ou à la Couverture Santé Universelle. Ce briefing a constitué le premier acte de la démarche médiatique de ce Ministre car le lendemain, soit le 1 décembre, une conférence de presse est annoncée.

Dans la salle rouge de l’hôtel du Gouvernement, les professionnels des médias se sont donnés rendez-vous pour, cette-fois ci être mis au parfum de la substance des différents ateliers annoncés à partir du 7 décembre.

Prenant la parole, le Directeur de Cabinet Guylain Malere Mudekereza a remercié la presse pour ce souci d’accompagner son ministère dans sa lutte pour l’instauration de la politique de « juste prix« .

Avec plusieurs co-orateurs, cette conférence a permis aux journalistes de bien saisir le mobile de cette démarche. Pour Mr Koko député national ayant conduit les études au niveau de l’Assemblée nationale, la République démocratique du Congo est un pays où l’accès aux services de santé est limité à une catégorie et ce, suite à la structure des prix amplement surchargée.

A lui de poursuivre, il est inadmissible que pour les produits achetés en France à 100$ que cela soit vendu à plus de 150$ en RDC contre 105 et 109$ au Rwanda et au Congo Brazzaville. La structure de prix est vraiment surchargée.

Quant au représentant de SANRU Docteur Kanga, son organisme s’est adhéré à cette démarche car étant partenaire du Gouvernement congolais par l’entremise du ministère de la Santé, Hygiène et Prévention.

Partant d’un exemple plus clair, le Docteur a donné les résultats d’une enquête initiée en 2017 sur la diarrhée et le paludisme dans les structures privées et publiques. Il ressort de cette enquête que les meilleurs soins de santé sont donnés par les structures privées qui malheureusement à un coût élevé. Ce qui ne favorise pas la majorité de Congolais.

A cet effet, son organisme s’y met pour aider les Gouvernement congolais à offrir les soins de santé de qualité à toutes les populations et à moindre coût.

Parce que une conférence de presse, un jeu des questions réponses était lancé où les professionnels des médias ont voulu en savoir plus. De l’aventure des importateurs des produits surgelés aux transpondeurs, aucun terrain n’a été épargné. La grande inquiète de la presse, comme on peut le résumer, est que cette nouvelle bataille sur le « juste prix » des produits pharmaceutiques puisse connaître le sort des produits surgelés avec les importateurs véreux.

Molende MUTEBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News