loader image

Impact News

RDC : Tout ce qu’il faut savoir sur Henri-Thomas Lokondo

Henri-Thomas Lokondo Yoka est né le 27 juillet 1955 dans la province de l’Équateur dans une famille mongo.   Il a obtenu un diplôme en sciences politiques avec une spécialisation en relations internationales de l’Université libre de Bruxelles.  Lokondo a ensuite travaillé dans les services de renseignement du gouvernement congolais à Uvira.  De 1991 à 1992, il a participé à la Conférence Nationale Souveraine – une convention nationale qui discutait de la démocratisation et de la réforme politique et a été expert auprès du Haut Conseil de la République .

 Le 2 avril 1993, Lokondo est devenu sous-ministre des travaux publics sous le gouvernement de Faustin Birindwa.  Il a occupé ce poste jusqu’au 6 juillet 1994. Le 26 février 1996, il a été nommé vice-ministre des relations étrangères sous le premier ministre Kengo wa Dondo et est resté en fonction sous Likulia Bolongo jusqu’au 17 mai 1997.  

Ce jour-là, l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo-Zaïre s’est emparée de Kinshasa et a renversé le gouvernement.  Lokondo s’est exilé en Belgique, mais plusieurs mois plus tard, il est revenu sous le régime de Laurent-Désiré Kabila  et est devenu le secrétaire national aux communications du Mouvement populaire de la révolution (MPR).  Il s’est joint à plusieurs autres politiciens en décembre 2000 pour exiger que Kabila autorise la libéralisation politique au Congo. Il s’est senti «oublié» lors du Dialogue intercongolais  une série de négociations entre 2001 et 2003 qui ont conduit à la fin de la Seconde Guerre du Congo et a quitté le MPR. 

En utilisant l’argent et les relations qu’il avait récolté au cours de son travail dans les services de renseignement et au ministère des Affaires étrangères,  Lokondo a fondé l’Union Congolaise pour la Liberté (UCL), un parti qui s’est rapidement allié au Parti du Peuple pour la de Joseph Kabila.  Reconstruction et la Démocratie et autres pour former la majorité présidentielle. 

 En juillet 2003, il est devenu membre de l’Assemblée nationale de transition sur la liste du gouvernement.  En octobre 2004, le président Joseph Kabila l’a nommé conseiller privé à la présidence.  Le 8 novembre, il a quitté son siège à l’Assemblée. En 2015, Lokondo a demandé le poste de gouverneur de la province de l’Équateur. 

Lokondo a siégé au Sénat de 2006 à 2011  et a siégé à sa commission de politique étrangère.  Il a été élu à l’Assemblée nationale permanente sur un billet UCL, représentant la circonscription de Mbandaka.  Il a été nommé membre de la Commission des relations étrangères.  Bien que membre de la coalition présidentielle majoritaire, Lokondo a fréquemment contredit sa plate-forme officielle en faveur des planches de l’UCL.  En octobre 2015, il a tenté d’obtenir le poste vacant de premier vice-président de l’Assemblée.  Lorsque la majorité présidentielle a soutenu un candidat différent, Lokondo s’est présenté pour le poste en tant qu’indépendant .  Il a perdu le vote de l’Assemblée 271 contre 169, obtenant toujours plus que les 100 votes approximatifs auxquels la plupart des observateurs s’attendaient. 

 Le 10 novembre 2017, Lokondo a demandé qu’une interpellation soit levée contre le gouvernement du Premier ministre Bruno Tshibala pour ne pas avoir soumis une proposition de budget au Parlement avant le 15 septembre, comme le stipule la Constitution.  La motion était la première proposition de ce genre dans l’histoire du Parlement à venir d’un membre de la coalition au pouvoir.  C’était aussi le premier à être accepté par l’Assemblée dans l’histoire du deuxième Parlement de la Troisième République .  Il a également exigé la démission de Tshibala. Le 15 janvier 2018, Lokondo a conduit un groupe de députés nationaux et de sénateurs à demander à la Cour constitutionnelle d’annuler la loi électorale de 2017 pour inconstitutionnalité.  Le tribunal a rejeté la pétition de justesse le 30 mars, une action que Lokondo a qualifiée de « honte pour la République ». 

 Au cours de l’année, il est devenu de plus en plus critique à l’égard du gouvernement central.  Le 3 octobre, Lokondo, s’exprimant au nom du Parti Lumumbiste Unifié (PALU) et de ses alliés parlementaires, a déclaré que les partis quittaient la coalition présidentielle majoritaire en prévision des élections générales de 2018.  Il a approuvé la candidature présidentielle de Martin Fayulu et a pris la parole lors de rassemblements pour le soutenir. 

 Lokondo a également fait campagne pour sa réélection à son siège au Parlement et a été déclaré vainqueur provisoire en janvier 2019 en attendant la confirmation des résultats des élections législatives par la Cour constitutionnelle.   Il a déclaré qu’il ne s’alignerait pas sur la majorité parlementaire ou l’opposition.  Son élection a été confirmée plus tard et il a pris la position de vice-président du groupement politique « PALU et Alliés ».  Le 13 août 2019, son adhésion à PALU et Alliés a été suspendue. 

 Testé positif au Coronavirus et évacué pour des soins à Johannesburg en Afrique du Sud, Thomas Lokondo est décédé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News