loader image

Impact News

Secteur minier :
Kibali Gold Mine se distingue avec son système d’exploitation automatisée
Première usine au monde doté du système de stabilisation des réseaux constitués des batteries d’accumulateurs


Contrairement à ses habitudes d’organiser ses conférences trimestrielles à Kinshasa la capitale de la République Démocratique du Congo, la société minière Kibali Gold Mine a dérogé à cette règle traditionnelle pour la deuxième fois. Pour sa troisième conférence de l’année 2021, c’est la salle polyvalente de Durba en territoire de Watsa, dans le Haut-Uélé a accueilli cette activité de redevabilité ce vendredi 08 octobre 2021.


C’était la 43ème conférence de presse trimestrielle de Kibali Goldmine animée comme d’habitude par Dr Mark Bristow, Président du Conseil d’Administration de cette société aurifère et Directeur Exécutif de Barrick Gold Corporation, la plus grande firme aurifère dans le monde.
Comme toujours, cette conférence a connu, outre les journalistes, la présence des autorités nationales, provinciales et les notables du coin. Le Gouverneur Christophe Nangaa qui avait refusé de participer aux conférences de presse si elles ne sont pas organisées sur place, a marqué également sa présence.


Premier à prendre la parole, Le Directeur Pays, Cyrile Mutombo, a circonscrit le cadre de cette conférence qui se tient tous les trois mois. Un rendez-vous maintenu depuis 2009 jusqu’à ce jour.
Ensuite, il a laissé la place à Dr Mark Bristow pour faire sa présentation.
Prenant la parole, le Président du Conseil d’Administration de Kibali et Directeur Général de Barrick Gold Corporation a indiqué la mine d’or de Kibali reste sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs de production pour l’année et l’accroissement de ses réserves minérales nettes après réduction, assurant ainsi son avenir en tant qu’opération de niveau n°1 pendant au moins 10 années supplémentaires, a-t-il déclaré au cours de cette conférence de presse tenue sur le site en présence des représentants du Gouvernement, de la communauté et de la presse, Bristow a déclaré que l’investissement continue dans l’innovation technologique et permet à Kibali de se tenir à la pointe des évolutions dans l’exploitation minière automatisée. 

 L’intelligence artificielle dans les trois centrales hydroélectriques de la mine a été mise en place et le contrôle de la puissance réactive de l’installation élargie de batteries réduira davantage la production avec le groupe électrogène de secours, diminuant ainsi l’empreinte carbone de Kibali déjà relativement faible. Un nouveau logiciel d’automatisation pour les chargeuses de transport de minerais en souterrain a été installé et la mise en service d’un système de bourbage des galeries à distance permet désormais aux opérateurs de contrôler les chargeuses depuis la surface, a indiqué le patron de Barrick Gold Corporation.


Selon lui, ‘’Le contrôle de surface est plus sûr et plus efficace. Il crée également des opportunités d’emploi pour les femmes dans un secteur où elles ne sont pas légion.  Il est important de noter que tous ces opérateurs sont congolais, car Kibali continue d’employer et de former des nationaux, conformément à la politique globale de Barrick qui consiste à privilégier les ressortissants du pays hôte. Les citoyens congolais représentent actuellement 94% de la main-d’œuvre de Kibali, y compris ses dirigeants’’, a souligné Dr Mark Bristow, avant de poursuivre : ‘’Cinq mille de nos employés et sous-traitants rentrent chez eux dans les villages environnants à la fin de leur journée de travail. De ce fait, le bien-être de ces communautés constitue une préoccupation majeure. Nous citons à titre illustratif l’efficacité de la campagne anti-Covid-19 de Kibali, qui comprend la construction d’un Centre de traitement communautaire. Avec le soutien des autorités sanitaires congolaises, nous avons obtenu un approvisionnement en vaccins AstraZeneca et, à ce jour, 21% des employés et de nos sous-traitants ont été vaccinés, alors que la moyenne nationale en RDC est de 0.15%.’’ Bristow a fait savoir par ailleurs que la croissance de Kibali avait catalysé et soutenu l’émergence d’une économie locale florissante dans une région qui, auparavant, ne dépendait essentiellement que de l’agriculture de subsistance. Depuis le début de l’année, la mine a dépensé $95 millions pour payer les entrepreneurs et fournisseurs locaux, dont beaucoup ont été soutenus par la mine grâce au transfert des compétences et au renforcement des capacités.
Ceci pour démontrer la contribution de Kibali au développement du pays,

À ce jour, a-t-il poursuivi, ‘’Kibali a contribué à hauteur de $3.7 milliards dans l’économie congolaise sous forme de paiements aux entrepreneurs et aux fournisseurs, d’infrastructures communautaires et de soutien, de salaires et de redevances, taxes et permis. Le succès de notre programme d’exploration continu autour de la mine confirme le potentiel de croissance des réserves à partir de nouvelles ressources exploitables à ciel ouvert et d’extensions des gisements souterrains à haute teneur, ce qui constitue une indication sur le fait que Kibali sera matériellement profitable à la RDC et à sa population pour les années à venir’’
Après cette présentation, Dr Mark Bristows’est soumis au jeu des questions et réponses. D’abord, celles des journalistes, puis celles des représentants des institutions avant la conclusion faite par le Gouverneur de la Province de Haut-Uélé.

JCN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News