loader image

Impact News

Suspendu arbitrairement par Steve Mbikayi, alors Ministre de l’ESU : Mme Yenga Wassako implore l’implication de Félix Tshisekedi !

Elle est au bout du souffle. Depuis qu’elle a été suspendue illégalement et arbitrairement par l’ancien Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Monsieur Steve Mbikayi qui avait même à l’époque désigné un de ses copains pour assurer l’intérim des fonctions de Secrétaire Général. Voilà pourquoi Mme Yenga Wassako, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, Secrétaire Générale de l’ESU suspendu, avait fini par saisir, et la justice, et le Président de la République. Le Président a réagi par le canal de son Directeur de Cabinet pour demander au Ministre Mbikayi de rapporter son arrêté de suspension, compte tenu des mensonges qu’il contenait avec des griefs farfelus et non prouvés.  Celui-ci va s’y opposer, comme il croyait que c’était Joseph Kabila qui avait le contrôle du pouvoir.

Après trois mois de suspension, Steve Mbikayi n’avait ouvert ni une action disciplinaire, ni prouvé ses allégations. Ainsi, le Ministre d’Etat et Ministre de la Fonction publique de l’époque, le Professeur Michel Bongongo va signer l’arrêté ministériel n°063/ME/MIN.FP/2019 portant replacement en activité de service d’un agent de carrière des services publics de l’Etat en date du 23 août 2019.

Et par conséquent, elle devrait rentrer à son poste étant donné que statutairement, une action disciplinaire doit être clôturée dans une période ne dépassant pas trois mois. Passé ce délai, l’action disciplinaire est considérée comme caduque. C’était le cas. Notifié en copie de la transmission de cet arrêté, le Directeur qui assumait l’intérim a été entêté pour ne pas quitter le Bureau de Mme le Secrétaire Général dont il avait même vandalisé ses biens privés. Les Inspecteurs de la police judiciaire ont été mandatés pour venir installer le Secrétaire Général, Mme Yenga Wassako Wivine dans son Bureau. Le Directeur va organiser une milice pour les agresser et les chasser. Depuis lors, il utilise le trésor public pour qu’au moyen des pièces sonnantes et trébuchantes, il entraîne les ministres de la Fonction publique et celui de l’ESU pour ne pas appliquer cet arrêté ou signer un autre rapportant celui-ci suivant le principe de l’acte contraire.

Voilà pourquoi Mme Wivine Mumba implore l’implication du Président de la République pour instruire la Ministre d’Etat de la Fonction publique pour que celle-ci à son tour, puisse instruire l’Inspection Générale de la Fonction publique pour aller l’installer. Parce qu’à ce jour, elle assiste à un jeu de ping-pong entre le Ministre de l’ESU Thomas Luhaka et sa collègue de la Fonction Publique Mme Yolande Ebongo. L’un charge et ce, vice-versa, l’autre de ne pas appliquer l’arrêté signé par le professeur Michel Bongongo. Ce qui ressemble à une torture opérée sur cette femme qui a gravi tous les échelons pour atteindre la fonction de Secrétaire Générale. Elle aurait bien souhaité partir en retraite que d’être maltraitée de cette manière. Ce qu’elle vit peut causer l’irréparable.

MD 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News