loader image

Impact News

Violences faites aux femmes et autres formes d’abus/Eglise néo-apostolique de la RDC-Ouest : « nous appliquons la politique de tolérance zéro »


Les apôtres de l’Eglise néo-apostolique de la région ouest de la République démocratique du Congo se sont réunis début décembre dans un séminaire notamment pour faire l’évaluation de des activités de cette congrégation comprenant les anciennes provinces de Bandundu, Équateur, Bas Congo et Kinshasa.

Au cours de ces assises, l’église territoriale dirigée par l’Apôtre de district Michael Deppner a eu à donner sa position sur la question épineuse des « violences faites aux femmes ».

Pour cette église revendiquant plus de 10 millions d’âmes au monde, les violences faites aux femmes sous n’importe quelle forme sont répréhensibles. Et qu’elle applique la politique de tolérance zéro en matière de harcèlement, d’exploitation et d’abus sexuels. Elle ne tolère pas que ses membres, ministres, encadreurs, enseignants, partenaires ou toute autre personne représentant l’association associée à son action s’adonnent à quelque forme que ce soit de harcèlement, d’exploitation ou d’abus sexuels.

Par ailleurs, cette Église s’engage à appuyer les survivants à améliorer leurs capacités en matière de sauvegarde, à signaler les cas, à mener des enquêtes et à prévenir les actes de harcèlement, d’exploitation et d’abus sexuels.

C’est donc clair que l’Eglise néo-apostolique s’aligne derrière les autorités étatiques pour combattre ces dérapages aux allures d’un fléau.

Elle promet de travailler avec les autorités compétentes pour lutter contre ce fléau.

Ci dessous la déclaration de l’Eglise néo-apostolique de la RDC-Ouest

déclaration finale signée par les apôtres de la RDC-OUEST



Molende MUTEBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News