loader image

Impact News

Ayant préparé la déstabilisation de la plénière d’investiture du Gouvernement Judith Suminwa Tuluka avec les militants de son parti : Christophe Mboso rattrapé et démasqué par la clairvoyance de Vital Kamerhe

Mme Judith Suminwa Tuluka, a été hier au Parlement pour présenter le programme de gouvernance en vue d’obtenir l’investiture par devant la représentation nationale.

Beaucoup de militants des partis politiques ont été mobilisés pour accompagner leurs membres. Les couleurs du parti de celui qui a été remplacé par Vital Kamerhe au perchoir ont été les plus visibles, et dans la salle des congrès au balcon, et dans l’enceinte de l’hémicycle. C’était une bataille entre les drapeaux et les militants de différents partis politiques.

Chansons, quolibets, danses, …étaient au rendez-vous. Quolibets et attaques des chansons venaient essentiellement du parti de Christophe Mboso et ses alliés. Ce qui n’a pas empêché Vital Kamerhe habitué à pareils spectacles à déceler qu’il y avait anguilles sous roches, surtout lorsqu’il avait invité Mme la Première Ministre à présenter les membres de son Gouvernement. Les bruits se sont accentués quand Monsieur Samuel Mbemba Kabuya, ancien Dircab de Mboso et Vice-ministre à la justice a été invité à saluer la représentation nationale. Ce qui a réveillé l’instinct d’animal politique de Vital Kamerhe qui a compris qu’il y avait un coup monté. Plus vite, il l’a déjoué, lorsqu’il a menacé de suspendre la plénière et mettre tous les militants qui dérangeaient dehors. Et là, il n’a pas hésité d’appeler les leaders à exhorter leurs militants au calme afin de permettre à la représentation nationale de bien travailler : ‘’C’est à vous de demander à vos militants là-bas, de nous permettre de travailler.’’, a tancé Vital Kamerhe qui n’a pas craint de désigner celui qu’il a apostrophé en le désignant par son index : ‘’Honorable Mboso ! Honorables ! Je vois beaucoup de drapeaux là-bas. Demandez à vos militants d’être disciplinés ! S’ils continuent, je vais vous demander à vous-mêmes d’aller les sortir dehors’’, a-t-il apostrophé Mboso, avant de s’adresser aux militants qui étaient au balcon en lingala de laisser de faire du bruit au boucan. ‘’Si les députés ne savent plus suivre la séance, nous allons suspendre la plénière et vous mettre dehors. Laissez du bruit pour que nous commencions le travail. Nous nous sommes entendus ? Est-ce que nous pouvons commencer le travail ?’’ , a-t-il lancé à la foule.

Et très vite, c’est un Kamerhe sur ses quatre chevaux : ‘’Qu’est-ce qu’il y a ? Certainement que ceux qui étaient au balcon étaient chargés de l’humilier. Et Kamerhe va se déchainer lorsqu’il a vu un député va tenter de s’intercaler entre lui et les militants : ‘’Il n’y a pas de problèmes’’. Deux fois. ‘’On ne peut pas m’humilier, au risque d’humilier plutôt la République. Ceux qui ont amené des gens pour faire du bruit, et j’essaie d’identifier chaque groupe. Au fait en réalité, vous êtes venus pour humilier, et le Chef de l’Etat, et la République. Si ça continue, on va vous faire partir.’’, admoneste-t-il, visiblement en colère, avant d’inviter le Député qui voulait interpeller les troubadours de Mboso :’’Député, calmez-vous ! Laissez-moi me défendre, je n’ai pas besoin de ça.’’

Comprenant ce qui se trame, Vital Kamerhe n’est pas resté inerte : ‘’Chers collègues, asseyez-vous. J’ai compris le petit jeu. Ce n’est pas compliqué. Asseyez-vous. Mais nous allons jusqu’à l’investiture du Gouvernement aujourd’hui.’’

Vital Kamerhé a poursuivi pour avertir ses détracteurs que ‘’tout ceci est bien suivi en direct à la télévision. On connait qui est dans le groupe de qui. Le projet que vous avez concocté, abandonnez-le. Nous nous sommes venus au travail pour que maman Suminwa ainsi que son Gouvernement aient l’investiture, qu’ils commencent le travail. Il y a la guerre au pays, il y a la faim au pays. Quiconque va encore tenter, nous allons prendre son nom, et si son leader est ici, nous allons dire au Chef de l’Etat, seulement aujourd’hui, nous allons initier une pétition et le chasser du travail. Il n’y a pas de blagues. Vous avez intérêt à téléphoner à vos petits militants, qu’ils arrêtent les bruits. Si non, l’Assemblée va s’assumer. Chers collègues, vous êtes d’accord avec moi ?’’

Ce spectacle du tout premier jour de l’investiture de Mme Judith Suminwa, annonce une cohabitation difficile entre Vital Kamerhe et son deuxième Vice-président, tous deux anciens Speakers de la Chambre basse.

Dans la tête de Monsieur Mboso, et même lorsqu’il passe les troupes en revue, il n’a pas encore compris qu’il n’est plus Président de l’Assemblée Nationale. Au cours de la plénière, les coups de gueule et des quolibets ont été au rendez-vous.

Il sied de noter que 5 personnes ont été blessées à la suite des bousculades à l’entrée du Palais du Peuple. Elles ont été prises en charge par les équipes de secours.

 

Kulala Kuapatshatakuanyikuakale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *