loader image

Impact News

Conservation des acquis du premier mandat du Président Félix Tshisekedi : Vivement la pérennisation du Ministère des PVH !

La lutte contre l’insécurité dans l’Est de la RDC, la gratuité de l’enseignement primaire dans les établissements publics, la santé universelle, la poursuite du développement à la base des 145 territoires, la construction et réhabilitation des infrastructures scolaires, sanitaires, universitaires, aéroportuaires, routières…, constituaient les acquis du premier mandat de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. A ces acquis pour lesquels, il a sollicité le second mandat, il faut ajouter, une société inclusive avec l’établissement d’un Ministère quoique Délégué au Ministère des Affaires Sociales, chargé de s’occuper essentiellement des Personnes Vivant avec Handicap et Personnes Vulnérables.

Comme à la Présidence de la République, la Communication a été faible à tel point que les grandes réalisations de ce Ministère n’ont pas été portées au public durant les cinq dernières années de telle sorte que certaines mauvaises langues plaident pour sa suppression sans savoir d’où a-t-il été tiré et comment il a été formé.

Un Ministère qui a pris corps sur les sentiers non bâtis, Mme le Ministre Délégué, n’avait reçu au départ qu’une table, une chaise pour elle et deux Secrétaires dans une antichambre pour aider tout simplement à lui annoncer les visiteurs.

Il lui a fallu du temps, pour solliciter un bureau disposant des meubles, construire un Cabinet, élaborer les textes devant conduire la marche de ce nouveau portefeuille. Cela n’a pas été facile, dans la mesure où, au premier bureau, comme le second où se trouve ce Ministère actuellement, c’est à l’étage et dans des conditions d’accès très difficiles pour les bénéficiaires des actions de ce Ministère. Tout cela, sans l’Ordonnance fixant les attributions des Membres du Gouvernement qui a été investi en septembre 2019. L’Ordonnance en question n’a été finalement signée qu’une année après l’investiture du Chef de l’Etat, soit le 31 mars 2020. Sans frais de fonctionnement, sans meubles et sans attributions spécifiques aux membres de son Cabinet, Me Irène Esambo a réussi à construire dans un désert où il pleut, jusqu’à faire germer la semence que d’aucuns cherchent à ce jour à récolter sans efforts.

Voilà pourquoi, il est plus qu’impérieux que le Chef de l’Etat, Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et la Première Ministre, Mme Judith Suminwa Tuluka, puissent consolider ce Ministère qui devra poursuivre les acquis déjà obtenus au premier mandat.

Connue pour son activisme dans la défense des droits humains et particulièrement ceux de la femme et de la personne vivant avec hanidcap, cette Chrétienne craignant Dieu, s’est démarquée durant son mandat à la tête du Ministère des Personnes vivant avec handicap et vulnérables.

Lors de l’installation du Gouvernement Ilunga Ilunkamba en aout 2019, le Chef de l’Etat a fait appel à son expertise pour diriger un nouveau Ministère qui sortait du néant. De csentiers non bâtis, elle devrait construire un immeuble devant abriter des personnes vivant avec handicap, un concept qu’elle devrait élargir à toutes les autres catégories des personnes vulnérables. Une orientation qui cadre avec une société inclusive voulue par le Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Pour y arriver, il a fallu une loi et une administration centrale du Ministère. Parce que le champ était informe et vide. Irène Esambo a puisé dans toutes les formations qu’elle a reçues à travers le monde pour forger textes et visions qui devraient prendre la chair sous l’impulsion du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Après avoir obtenu ces acquis, il convient de les préserver pour le second mandat du Président Félix Tshisekedi. C’est ce qui justifie la conférence de presse organisée dernièrement avec les personnes vivant avec handicap, avant de se lancer dans les itinérances qui l’ont conduit à Tshangu pour expliquer ces acquis.

Le remier acquis, c’est la loi organique n°22/003 du 03 mai 2022 portant protection et promotion des droits de la personne avec handicap.

Aussi, la mise en place de l’administration, mieux un Secrétariat général des personnes avec handicap qui a facilité aujourd’hui le recrutement de plus de 4.000 personnes avec comme majorité des personnes avec handicap qui seront agents et cadres de cette administration

A ces deux premiers acquis fondamentaux, il fallait ajouter les mesures d’application de la loi organique à travers quatre décrets qui ont été signés par le Premier Ministre, Monsieur Jean Michel Sama Lukonde. Il s’agit du décret n°24/22 du 07 mars 2024 fixant les modalités d’application de la représentation des personnes avec hanicap dans les institutions en République Démocratique du Congo, qui fixe pour la toute première fois le taux d’employabilité a 5% dans les institutions publiques et de 3% dans les institutions privées; le décret n°24/26 du 25 mars 2024 fixant les modalités pratiques d’accessibilité des personnes avec handicap aux infrastructures, aides et autres services sociaux de base; le décret accordant les faveurs aux organismes du droit privé qui vont investir dans le secteur du handicap; et enfin, le Décret n°24/27 du 25 mars 2024 portant organisation et fonctionnement d’un établissement public, dénommé Fonds National d’Appui à l’Autonomisation et à l’Accessibilité des personnes avec handicap en RDC,  »FONA-PVH », en sigle.

Après restitution sur les biens fondés de ces textes de loi et projets, la Ministre Irène Esambo s’est livrée a une séance de questions et réponses avec l’assistance, question de dissiper les zones d’ombre mais aussi répondre à d’autres préoccupations

Toutes ces questions relevées s’enregistrent dans le cadre de la politique de la cohésion sociale et l’inclusion des personnes vivant avec handicap. Il faut ainsi comprendre qu’il s’agit de travailler sur les changements de regard et d’attitude des personnes valides vis-à-vis des handicapés, et sur la formulation des conditions de vie décentes et dignes par la société.

S’agissant des modalités d’accessibilité des personnes avec handicap aux infrastructures, aides et autres services sociaux de base, la Ministre a aussi souligné l’accessibilité communicationnelle qui concerne l’interprétation de la langue des signes ainsi que l’écriture en braille qui devraient être obligatoires sur toutes les chaînes de télévision et lors des cérémonies officielles, et surtout aux différents secteurs de l’éducation, comprenant l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique ainsi que l’Enseignement supérieur et universitaire

À la fin de ces rencontre, il a été partagé quelques vivres aux personnes avec handicap ayant pris part à la cérémonie de restitution, don de Me. Irène Esambo.

Après plusieurs préoccupations d’ordre social, la Ministre a annoncé à l’assistance le début du projet avec l’organisation pour l’alimentation et l’agriculture FAO qui s’inscrit dans le cadre de l’autonomisation de la personne handicapée dans les premiers actes qui ont déjà été posés. C’est ce qui justifie sa descente où il lui a été expliqué l’agriculture et la pisciculture appropriées aux personnes vivant avec handicap.

Au sortir de la cérémonie de la Tshandu, la Ministre Déléguée auprès du ministère des affaires sociales chargée des personnes vivant avec handicap et autres personnes vulnérables, a expliqué à la presse les raisons de sa descente :

 » nous avons commencé avec le district de la Tshangu parce que c’est le plus grand district où il y a plusieurs personnes vivant avec handicap. Il était important d’armer cette population sur la pertinence de notre nouvelle loi organique. Il était aussi question de leur permettre de quitter l’ignorance sur leurs droits afin de profiter de mesures d’encadrement qu’offre cette loi et leur permettre de s’épanouir comme toutes les couches des citoyens de la République  » a déclaré la Ministre Irène Esambo

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *