loader image

Impact News

Daniel Safu, une calamité pour un Député sorti dans les rangs de la presse!

Ayant agressé les journalistes lors de l’arrivée de Moïse Katumbi :

Il se veut un métier noble, respectueux et respectable, le journalisme. Le professionnel de la plume et du micro joue un rôle important dans la société. D’ailleurs, son métier est qualifié comme « le quatrième pouvoir » après le pouvoir judiciaire, législatif et exécutif. Donc un journaliste est celui qui permet à la société de s’informer sur tout ce qui se passe dans son environnement immédiat ou lointain. C’est celui qui, en dépit de restrictions et intimidations, brave la peur et va à la recherche de l’information qui après  traitement, il la met à la disposition de la société, question de  se rendre compte de l’évolution des situations qui la concerne.

En République Démocratique du Congo, au-delà de sa mission d’informer et de former par sa plume et son micro, les journalistes ont joué un grand rôle depuis la nuit des temps. Au cours du règne de Joseph Kabila, tout comme au début de l’Etat Indépendant du Congo, comme pendant la colonisation, la Première, Deuxième République jusqu’à ce jour, les journalistes, à côté des politiques, ont joué un grand rôle pour obtenir l’enlisement de beaucoup d’antivaleurs.  Ils se sont battus pour le départ de Joseph Kabila, après dix-huit ans à la tête du pays. Ils ont mobilisé et motivé la population pour faire face au régime de Kabila. Suite à ces pressions internes et externes, l’homme de Kingakati a enfin, avec peine, donné aux Congolais les élections présidentielles, législatives nationales et provinciales, le 30 décembre 2018.

Plusieurs personnes de divers domaines y ont concouru.

Médecins, Juristes, Agronomes, Journalistes se sont jetés dans cette bataille républicaine.

A Kinshasa, parmi les professionnels des médias de renom, Mike Mukebay, Christelle Vuanga, Daniel Safu, Pascal Owondje, Joël Cadet NDANGA, Serge Kabongo, Peter Tiani, Yves Buya, Pie-Gérard Elenga et autres ont concouru. A la publication des résultats au mois de Janvier 2019 par Corneille Nangaa, la presse n’a pas manqué d’être représentée. Mukebayi a été élu Député provincial, alors que Christelle Vuanga et Daniel Safu sont élus Députés nationaux. Ils vont rejoindre au Parlement Patrick Muyaya, Mutiri, etc. Leurs élections étaient considérées comme la récompense d’une lutte acharnée et un couronnement des efforts fournis.

On attendait d’eux une  conduite exemplaire, une production législative conséquente.

Au regret, l’élu de Mont Amba, le Député Daniel Safu, par son comportement et son agir, il fait la honte de la profession journalistique. Nous l’avions vu, toujours dans sa casquette de Député, proférer des injures à l’endroit de Zacharie Bababaswe, son ami Mukebayi ou son collègue, le Député Léon Nembalemba. Un comportement déshonorant.  Comme c’est là est ancré dans son ADN, il y a moins de deux mois, il s’est encore illustré dans les injures, cette fois-là il s’est pris au Député provincial et ancien journaliste Mike Mukebay, celui qui était considéré comme son frère. La honte que ce Député inflige à la corporation est arrivée à son paroxysme. Annoncé à Kinshasa pour répondre aux consultations lancées par le Président de la République Félix Tshisekedi, le Président de l’Ensemble pour la République, Moïse Katumbi est arrivé à la capitale de la République Démocratique du Congo le vendredi 6 novembre dernier. Comme à l’accoutumée, ses militants ont été mobilisés pour l’accueillir, y compris les cadres et hauts cadres du parti. A ce nombre se figure aussi le Député national Daniel Safu. Dans un accoutrement traditionnel et pieds nus, ce Député est allé lui aussi, comme cadre de ce parti accueillir le Président du tout puissant Mazembe. Au grand regret, celui-ci s’est distingué à une posture et un comportement peu honorable, ne  reflétant pas l’image d’un Député et intellectuel. L’honorabilité dont devrait en principe caractériser tout élu, Daniel Safu la foule aux pieds. Dans des vidéos qui circulent dans les réseaux sociaux, on voit Daniel Safu prendre à parti un journaliste qui du reste ne faisait que son travail que lui-même Safu connait bien. A deux reprises, il a entre autres giflé un journaliste pour la simple raison qu’il lui a posé la question de savoir  de quelle aile de Lamuka est-il. D’aucuns n’ignorent que aujourd’hui, il y a deux ailes de Lamuka. Aile républicaine de Katumbi et Bemba; et l’aile radicale représentée par Fayulu et Muzitu. Pire, Daniel Safu va au-delà lorsqu’il s’affiche avec la sœur jumelle de Joseph Kabila. Ce qui le rend également tanguant le faisant passer pour un inconstant appartenant au FCC. Sa dernière descente à Minembwe le témoigne lorsqu’il va jusqu’à démobiliser les troupes en montrant où elles passent nuit comme si en guerre, con construit des immeubles pour les soldats au front.

Pour ce reporter, il est aujourd’hui difficile de savoir la vraie position politique de  Daniel Safu. On le voit traîner avec Janet Kabila, Martin Fayulu et Moïse Katumbi. Cette position à la chauve-souris qui ressemble à l’opportunisme puéril laisse perplexe plusieurs personnes. L’image des professionnels des médias que ce Monsieur vend, discrédite toute une corporation. Nous sommes même convaincus que son comportement belliqueux et son attitude versatile jouera contre les autres journalistes qui se porteraient comme candidats aux élections prochaines. Il est important que la commission de discipline de l’Assemblée Nationale puisse un peu voir son cas. Sa distinction à la kinoiserie jette l’opprobre et à la presse congolaise et à l’Assemblée Nationale. Il fait la honte !

Molende Muteba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News