loader image

Impact News

Entraîné à décourager les efforts de la maximisation des recettes :Sele Yalaguli sommé de recevoir l’Intersyndicale des régies financières !

Les agents et cadres des régies financières veulent débrayer. Pour cela, ils ont tenu informé le Ministre de tutelle, Sele Yalaguli, Ministre des finances. L’homme qui n’a nagé que dans la gestion des finances publiques de la RDC où son copain Matata Ponyo l’a nommé successivement Dircab du Ministre des Finances, du Premier Ministre jusqu’à le faire revenir dans le cadre des quotas aux clans de la Kabilie à la tête du même ministère. Cette-fois, il y est venu, non pour travailler pour la République, mais pour décourager les efforts tendant à mobiliser les recettes devant permettre la concrétisation de la Vision du Président de la République, Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo résumée en ‘’Le Peuple d’abord’’.

 Au mois de janvier 2020, nous l’avions vu venir rétorquer aux allégations de Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du Chef de l’État. Avec arrogance, il a rejeté en bloc sa responsabilité en ce qui concerne le blocage et la stagnation des travaux de 100 jours du Programme d’urgence du Président de la République. Il était accusé de bloquer le financement de ces projets sous prétexte que les fonds sortis avant son arrivée étaient à la hauteur de 70%, alors que l’évaluation des travaux sur terrain n’atteignait même pas la hauteur de 40%. Toutes ces manœuvres de ce dernier, c’est pour empêcher le Chef de l’État d’offrir à son peuple ce qu’il y a de mieux pour lui. Au moment où certains fonctionnaires de l’administration publique n’ont pas encore touché leurs salaires du mois de novembre, cet homme alloue une somme aussi colossale à la primature pour une raison aléatoire. Tout ça, c’est pour pousser ces fonctionnaires de sortir dans la rue et de s’acharner contre le Président de la République et qu’ils se révoltent. Pas plus tard qu’il y a 8 semaines, le Ministre Sele est intervenu sur Top Congo pour donner la lumière sur tout ce qui se dit sur lui et son Ministère, après le passage de Marcelin Bilomba, Conseiller Principal du Chef de l’État en matière des finances et économie. Ce jour-là, Marcelin Bilomba avait avancé les raisons non connues à la population, justifiant le dépassement budgétaire de la Présidence. Pour lui, le Président de la République honoraire de la RDC, Joseph Kabila est payé sur la ligne budgétaire de la Présidence,  et elle coûte tellement chère, sa rente. Selon certaines indiscrétions, l’ex président toucherait une affaire de 680 mille dollars américains par mois. A cela s’ajoute la prise en charge de ses 2500 militaires commis à sa garde. Sele Yala rejette tout en bloc. Dans son intervention, il laisse entendre que le Président honoraire Joseph Kabila est payé directement par le Ministère de budget. Quel mensonge? Alors que les preuves sont là!

Ce Ministre sorti de l’école d’excellence, comme ils aiment le dire, l’école de Matata Ponyo, en fait de trop. Aujourd’hui, il y a crise dans le secteur des finances.

Le Ministre est saisi par l’Intersyndicale des régies financières quant au paiement de leurs rétrocessions selon que la loi l’oblige. Dans une lettre datée du 18 novembre 2020, ces derniers avaient donné 72 heures à l’argentier de la République pour ouvrir les pourparlers entre le banc syndical et le Ministère des finances. Faute de quoi, ils seraient obligés de demander aux agents de la DGI, DGRAD et de la DGDA de lancer un mouvement de grève et d’assiéger son Ministère jusqu’à ce qu’il accède à leur demande. Ils sont vraiment déterminés.

Chose grave, jusqu’à ce jour, le 17 décembre 2020, Sele n’a  seulement  pas encore répondu aux exigences de cette Intersyndicale, mais aussi n’a même pas ouvert les pourparlers tel que les bénéficiaires de la prime de rétrocession l’avaient préconisé. Ce comportement montre combien Sele est suffisant et irrespectueux, clame un Syndicaliste. Cela semble être sa vraie nature, ne pas dialoguer avec les gens. Il semble être imbu de lui-même. La gestion de la chose publique demande toujours l’attention et les concessions s’il y a lieu. Ce que  l’intersyndicale  réclame n’est pas une aumône qu’ils quémandent au disciple de l’homme à la cravate rouge, mais plutôt ce qui leur est de droit.

Si jamais ces agents et cadres des régies financières entamaient la grève, c’est le Pays qui en sera le plus perdant d’autant plus que, ce sont les recettes de ces entreprises qui contribuent considérablement à faire fonctionner le pays.

Molende MUTEBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News