loader image

Impact News

Désillusionné par les prouesses de Félix Tshisekedi : Martin Fayulu, la folie ?Martin Fayulu, la folie ?

La RDC a besoin d’une Opposition véritable. Celle-ci aurait été assurée par Martin Fayulu, candidat des firmes internationales qui avait broyé du noir lors du scrutin présidentiel dernier. Malheureusement, l’homme s’éloigne davantage de son but et parait candidat au CNPP. Parce que les incohérences qui caractérisent ses sorties médiatiques ne le disposent pas à être cette alternative valable à la gestion de Félix-Antoine Tshisekedi. Aucune piste de solutions aux prétendues faiblesses du régime Tshisekedi que des délires.

En effet, au lendemain de la présidentielle de 2018 qui a consacré la victoire de Félix Tshisekedi, Martin Fayulu perdant, s’est distingué dans les inepties et le déséquilibre argumentaire.  Pantin, placebo, marionnette, fantoche, tels sont les qualificatifs que Fayulu employa pour qualifier le Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. 

A la main tendue par Félix-Antoine Tshisekedi pour travailler ensemble, Fayulu a répondu qu’il ne pouvait pas prendre la main d’une simple ombre pour ne négocier qu’avec le véritable détenteur du pouvoir qui est Joseph Kabila qui aurait, selon lui, nommé le Président de la République.

Comme un agneau, le Président de la République ne réagissait pas, d’une part parce qu’il savait qu’il avait bel et bien gagné la présidentielle de  2018, d’une autre parce qu’il était dans le schéma de déboulonner effectivement le régime de Kabila de plus de 18 ans.

Déboulonnage de la Kabilie

Personne ne le croyait, personne ne rêvait non plus qu’un jour on parlerait de Kabila au passé et du Front Commun pour le Congo, FCC  à l’opposition. Le fait que Kabila se soit attribué la majorité parlementaire et s’arroger les Assemblées provinciales et les Gouvernements provinciaux de plus de 24 provinces parmi les 26 que comptent la République Démocratique du Congo à ce jour, il se croyait être à l’abri de tout danger. Et que rien dans ce pays ne pouvait se décider sans son accord. Utopie !

Au mois d’avril 2019, le Président de la République en périple diplomatique aux États-Unis d’Amérique, USA, avait demandé à l’administration Trump de l’appuyer pour déboulonner le régime de prédation dirigé et représenté  par le « tout-puissant » Kabila.

« Je le dis sans peur, je suis là pour déboulonner le système dictatorial qui était en place. Ce régime a retardé le pays avec la corruption, la gabegie et l’impunité qui est devenue endémiques au pays », avait-il martelé.

Une année et demie après, alors que les détracteurs du Président Tshisekedi et les ennemis du Congo, ceux qui bloquaient ses actions et ne juraient que sur son échec et le statu quo du pays sont confondus.

Ces derniers, en coalition avec le Président de la République (coalition FCC-CACH ndlr), croyaient, ce qui est évident que, l’option de déboulonner la Kabilie était jetée à la corbeille, ont été surpris de voir l’apparent monument Front Commun pour le Congo(FCC) s’écrouler comme un château de sable. La Kabilie est déboulonnée!

Un seul discours a fait tomber le FCC comme le mur de Jéricho. 

Sans vacarme, on a assisté à un scénario anodin.  Les Députés, Ministres et autres cadres du FCC se sont mis en cohorte comme dans le temps du déluge de l’époque Noé, pour entrer dans l’arche.

Ce scénario a considérablement marqué la fin du mariage FCC-CACH et  notamment la fin du règne de Kabila.

Martin Fayulu qui longtemps s’est distingué dans les discours péjoratifs, convaincu que Félix Tshisekedi restera toujours sous les pieds de Kabila, est désillusionné. Lui qui se réclamant Président élu n’a plus de discours.

Ce jeudi 11 février 2021, au cours d’une conférence de presse, Martin Fayulu s’est accroché à un nouveau discours négationniste de faits tangibles marquant la rupture pure et simple de la coalition FCC-CACH et par ricochet la fin du règne de Kabila. Lui qui jadis qualifiait Félix Tshisekedi Président par procuration œuvrant pour le compte de Kabila, a aujourd’hui changé de discours. Outre ce qui est déjà entendu, qualifiant l’Union Sacrée de la nation la deuxième grossesse du deal Kabila Tshisekedi, Martin Fayulu a indiqué que désormais Tshisekedi roule pour  Kagame. Et que le vrai Président de ce  pays,  la République Démocratique du Congo, c’est Paul Kagame. Une folie !

Ne cautionnant ces aberrations, le Rwanda n’a pas tardé de réagir.

Par l’entremise de son Ambassadeur en RDC, le Rwanda estime que les propos de Fayulu revêtent un caractère injurieux au peuple congolais.

« Ce sont des propos injurieux aux Congolais électeurs, à leurs institutions et à toute leur intégrité territoriale et politique.

Être gouverné par un leader non élu et non national et Chef de l’Etat d’un autre pays, c’est être une colonie ou un protectorat. Les  lois et les institutions du pays deviennent dans ce cas  conformes  et dépendantes des desiderata du colon ou du protecteur. A  ma connaissance le Rwanda n’a ni Protectorat, ni Colonies au monde entier sauf dans la tête de Fayulu et de certains charlatans  comme Ngbanda et Mbeko derrière la thèse chimérique d’une balkanisation imminente de la RDC par le Rwanda. Comme tous les pays, le Rwanda a des relations bilatérales et multilatérales avec plusieurs autres pays et organismes multilatéraux  dans tous les continents et  ces relations exercées via des protocoles d’accord et des missions diplomatiques dans le respect des accords bilatéraux et de la convention de Vienne. 

La RDC a ses leaders et ses institutions élus et créés selon sa propre constitution et non la Constitution rwandaise. 

La gouvernance de la RDC se fait par son exécutif, législatif et judiciaire comme partout ailleurs, de toutes ces instances le Président du Rwanda ne siège, ne vote ni ne décide sur aucune matière congolaise.

C’est à Fayulu d’identifier les organes et les décisions congolaises prises et signées par le Président du Rwanda et sous quel arrangement obtient-il ce pouvoir? 

C’est aberrant pour une personne adulte supposée instruite de prononcer  publiquement des balivernes infondées et d’une stupidité invraisemblable. Mais rien d’étonnant chez lui il n’en est pas à sa première épisode ni à sa dernière, les psychiatres seraient les plus indiqués pour son cas mieux que quiconque. »

Le moins que l’on puisse dire, le cas de notre compatriote Fayulu devient délicat, il est de l’intérêt du pays de le soumettre à une thérapie psychiatrique. Tous ces délires prouvent que jusqu’à ce jour, Fayulu ne s’est pas encore remis de son illusion de remporter l’élection de 2018. Même cas avec son collègue malheureux de Shadari qui, avant de quitter la maison de l’Etat qu’il occupait, a tout vandalisé et procédé à la destruction méchante.  

Autant que le Gouvernement de la République s’est occupé du cas de Ne Munda Semi, autant qu’il devra agir de la sorte pour Martin Fayulu. Une prise en charge psychiatrique. 

La République Démocratique du Congo a besoin d’une opposition forte et responsable. Tel que le tableau se présente, le FCC est loin de jouer cette carte. Seul Martin Fayulu qui a l’expérience du combat de la rue qui peut faire face à Tshisekedi comme opposant. Laisser Tshisekedi seul sans opposition digne, c’est laisser le couloir vide à Félix Tshisekedi au risque de se faire dictateur.  

Molende MUTEBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News