loader image

Impact News

Interpellé par l’Assemblée nationale et accusé de négligence dans la gestion de l’Observatoire volcanologique de Goma: José Panda sort indemne!

L’éruption volcanique de Nyragongo du samedi 22 mai dernier a révélé à la face du monde la légèreté et la naïveté dans la gestion de l’Observatoire Volcanologique de Goma. Une structure scientifique placée sous tutelle du ministère de la recherche scientifique et censée analyser les données sismiques pour tabler sur une éventuelle éruption des volcans de l’Est du pays n’a pas joué son rôle de prédilection car ne bénéficiant d’aucune subvention et d’aucun appuie du Gouvernement central.

Les incidences malheureuses de cette catastrophe, pour plus d’un, étaient à placer au compte du Ministre José Panda, autorité de ce service public.

C’est à cette fin que le député national Jean-Baptiste Muhindo, dans sa mission régalienne reconnue a interpellé le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation Technologique, devant la représentation nationale pour s’expliquer de cette bourde monumentale.

Plus de peur que de mal, le Ministère José Panda en est sorti indemne !
Devant la représentation nationale, José Panda a fait observer à la représentation nationale les réalités que bien nombre de députés, mieux, la population congolaise ignoraient. En effet, Maître José Panda a étalé les problèmes qui ont concouru à l’abandon des observations de l’évolution des volcans de l’Est du pays, plus particulièrement le Nyragongo. C’est le Gouvernement qui n’avait plus débloqué les moyens financiers pour permettre à cette structure de fonctionner normalement. Et que ses multiples rappelles à l’autorité budgétaire ne sont restés que lettre morte. A son niveau, il n’avait aucun moyen de décanter cette situation qui justement était connu de sa hiérarchie.

Indemne était-il sorti parce que sa défense a été faite par les députés eux-mêmes. Au lieu de poser des questions au Ministre, un groupe de députés, une dizaine, a fait savoir que l’autorité budgétaire qui est le Parlement, n’a jamais accordé une attention particulière à ce ministère qui s’avère aujourd’hui stratégique pour le pays. Et que la part réservée à ministère est infiniment minime.

Pour le Professeur Jacques Ndjoli député national, les pays qui ceux sont développés sont ceux qui accordent 10%, 20% ou 30% de leur budget national à la recherche scientifique. Mais ceux qui ont 0,0% sont au bas de l’échelle. « Nous n’allons pas nous attaquer au ministère, s’estime t-il car est un coquille vide ».

De ce fait, il est évident de faire un plaidoyer pour que la Recherche Scientifique obtienne un budget conséquent.

Le député Jean-Baptiste Muhindo, l’initiateur de l’interpellation a fini par faire des recommandations notamment la constitution d’une commission devant enquêter sur l’OVG et le plaidoyer en faveur du ministère de la recherche scientifique.

Plus de peur que de mal, le Ministre José Panda ne s’est pas mouillé pour convaincre les élus du peuple. La réalité de son ministère l’a fait à sa place.

Molende MUTEBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News