loader image

Impact News

Nomination du Gouvernement :
Voici les pièges sautés par Sama Lukonde !

Fils d’un politicien qui a été assassiné dans des conditions très tragiques, encadré par son oncle qui était un Serviteur de Dieu de grand nom et de la lignée royale, Jean-Michel Sama Lukonde a été nommé dans moins des deux ans successivement Directeur Général de la Gécamines et Premier Ministre.


Si pour entrer en fonctions comme Directeur Général de la Gecamines, il a dû prendre au moins une année dans l’attente de la signification par le Ministre FCC, Jean-Michel Sama Lukonde a dû patienter au moins 57 jours pour former son Gouvernement de 57 membres dont lui et le présenter au Chef de l’Etat qui en a nommé ses membres ce lundi 12 avril 2021.

Des peaux de banane et différents pièges ont été jetés sur son parcours surtout qu’il a eu à faire face aux gens qui sont venus pour torpiller l’action du Chef de l’Etat. Les choses ont été tirées en longueur de telle sorte que Félix-Antoine Tshisekedi soit trouvé incapable de réaliser sa vision de l’Union Sacrée de la Nation. C’est ce qui justifie la campagne d’intox dont un groupe de mercenaires a été choisi pour charger le Président de la République dans l’opinion.

Ils ont failli réussir avant que ceux qui savent dire la vérité ne remettent ces inepties à la face du monde et ressortir leur gagnant Moïse Katumbi Chapwe dont l’incohérence dans les actions n’est plus à démontrer : il se réclame de Lamuka dont il s’est proclamé Coordonnateur du mandat en cours que membre du pouvoir en place.

Ce qui ne peut se justifier au regard du poids, et des membres de son parti Ensemble qui ont été nommés au Gouvernement, et celui des portefeuilles. L’on pourra comprendre que cette campagne d’intox n’avait pour motif que de faire le chantage sur le Président de la République. Le Chef du Gouvernement a compris cette logique et a échappé à faire perdurer les choses. Et le Gouvernement a été nommé et publié.


Cap franchi


15 Février 2021-08 Avril 2021, il aura fallu 57 jours pour lui permettre de boucler le travail de composition du Gouvernement de l’Union Sacrée de la Nation, s’est exclamé le 1er Ministre, Sama Lukonde Jean-Michel à l’entame du point de presse qu’il a animé au salon rouge de l’Immeuble du Gouvernement ce lundi 12 avril 2021. Là, le Chef du Gouvernement a indiqué qu’il peut affirmer que c’est ‘’un cap que nous venons de franchir. Un challenge difficile auquel nous nous sommes attelé avec beaucoup de détermination et surtout avec tact’’, s’est-il réjoui avant de rappeler qu’au lendemain de sa nomination, il avait amorcé des consultations avec les regroupements et les partis politiques représentés au Parlement.

Ces pourparlers ont été élargis aux personnalités politiques, aux syndicats et organisations de la Société civile ainsi qu’aux forces politiques non représentées au Parlement. Le n°2 de l’Exécutif national a rencontré environ 35 groupes différents au regard de l’adhésion massive au sein de l’Union Sacrée pour la Nation qui était ouverte à toutes les tendances nationales pour relever les défis sécuritaires et sociaux auxquels le Président de la République faisait face.


Contraintes


Pour y parvenir, quelques contraintes se sont imposées. Il s’est agi notamment de la réduction de la taille du Gouvernement en vue de réduire tant soit peu le train de vie des institutions de la République. Autre contrainte, obtenir la participation de la jeunesse et de la femme et assurer ainsi l’inclusivité et la solidarité.
De la taille du Gouvernement
En rapport avec la taille du Gouvernement, il était difficile, voire impossible de sauter ce piège, vu le nombre croissant des Députés nationaux à l’Union Sacrée de la Nation.

Le Gouvernement étant le reflet de l’A ssemblée nationale, il fallait trouver des équilibres en vue de répondre à cette contrainte.


Dans la douleur, la réduction a été réalisée à 15 % par rapport à l’équipe sortante. C’est donc 56 personnalités, toutes tendances confondues, qui vont réguler les différents secteurs de la vie nationale.


Ceci est le fruit des concessions faites pour faire participer une large majorité des forces en présence, notamment les regroupements et partis politiques, la société civile, les jeunes, les femmes, les personnes vivant avec handicap, tout en assurant l’inclusivité nationale.


Représentation de la Femme


Le Chef de l’Etat et le Premier Ministre s’étaient imposé une autre contrainte, atteindre les 30% de femmes dans la nouvelle équipe gouvernementale.
A ce propos, il sied de rappeler que le Gouvernement Ilunkamba avait atteint 18% soit un total de 12 femmes sur les 66 membres qui le composaient. Avec l’aide des Chefs des regroupements et partis politiques, il a été loisible d’atteindre 27% soit un total de 15 femmes sur les 56 membres. C’est donc un exploit dans la défense des droits de la femme dans notre pays.


La représentativité nationale


En dépit des récriminations des provinces comme Haut-Lomami qui n’a qu’un seul Vice-ministre, l’ancien Kasaï-Occidental qui n’a que deux Ministres dont le portefeuille au poids mouche, Jean-Michel a pu composer un Gouvernement représentatif de toutes les 26 provinces de la République. C’est aussi un exploit inédit dans notre pays depuis son découpage en 26 nouvelles provinces, constate-t-on.


De nouveaux hommes


Autre contrainte de l’Exécutif national était également d’élaguer tous les politiciens de carrière pour ne rester qu’avec de nouvelles figures qui peuvent inspirer confiance. Là aussi, Sama Lukonde a réussi. Seuls 18% des membres du Gouvernement Ilunkamba sont rentrés. Ce Gouvernement est donc composé de plus de 80% de nouvelles participations soit 46 membres.


Représentation de la Jeunesse


La jeunesse constitue plus de 70% de la population congolaise. Voilà pourquoi, l’Exécutif national l’a alignée à près de 70%, l’âge moyen étant celui de 47 ans et le moins âgé a 28 ans.
Des priorités
En termes des priorités, il convient de souligner que certains domaines de la vie nationale ont été mis en avant dans ce Gouvernement vu qu’ils constituent la priorité de l’action du Premier Ministre Sama Lukonde. Il s’agit de la question de sécurité essentiellement dans sa partie orientale. Il faut ajouter à cela, a insisté le Premier Ministre, la Santé pour s’attaquer activement à la pandémie à COVID 19, la couverture santé universelle, l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique, en militant notamment sur la gratuité de l’enseignement, la Justice, l’Agriculture, la pèche et l’Elevage. Les Infrastructures et le numérique. Tout cela ne pourra être possible qu’avec la diversification de l’économie, l’amélioration du climat des affaires, le développement de l’Industrie congolaise, l’encouragement des Petites et Moyennes Entreprises et de l’entreprenariat congolais. Le Le Gouvernement va s’engager également dans l’amélioration du tissu économique en tenant compte du contexte de la pandémie à Covid 19. Amorcer les réformes fiscales et financières. Sama Lukonde n’a as oublié de mettre le couteau dans la plaie lorsqu’il a indiqué que son Gouvernement va amorcer le processus électoral par la mobilisation des moyens nécessaires.
Ce sont ces éléments qui vont donc constituer l’ossature du Programme du Gouvernement qu’il va bientôt présenter à l’Assemblée nationale en vue de son investiture.

JCN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News