loader image

Impact News

Sabotage de l’investiture du Gouvernement Sama Lukonde: Possible dissolution de l’Assemblée nationale par Félix Tshisekedi !

‘’Aucun accord politique signé par moi ne peut prévaloir sur l’intérêt suprême du peuple congolais’’, telle est l’une des séquences du message clé qui a caractérisé le discours  du Président Tshisekedi pour rompre d’avec Kabila, lorsque les intérêts des Congolais étaient devenus le cadet des soucis des partenaires de Tshisekedi. 

Il n’était pas allé par quatre chemins. Le 6 octobre 2020, dans un discours de 6 minutes, Félix Tshisekedi décide alors de rompre avec Kabila. Par la même occasion, il annonce la création d’un nouveau courant politique censé rassembler tous les Congolais pour une cause noble, le social, la paix et la concorde nationale.

L’Opposition, la société civile, le FCC et bien d’autres catégories sociales ont défilé au Palais de la Nation pour une consultation censée déboucher sur un Gouvernement d’Union nationale.

Dans cette démarche, les élus du peuple, les députés nationaux en étaient pour beaucoup. C’est grâce à eux notamment que le Bureau Mabunda est tombé, le Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba est également éjecté. 

Ainsi la Kabilie fracassée, déstabilisée et dépouillée, il était temps que les choses reviennent à la normale. Et que toutes les Institutions vacantes suite à ce coup de génie de Tshisekedi soient occupées. 

C’est dans cette optique que le dévolu pour l’Assemblée nationale fut jeté sur Christophe Mboso, au Sénat Modeste Bahati Lukuebo et à la Primature Jean-Michel Sama Lukonde.

Il ne restait qu’au dernier cité de composer son Gouvernement pour que le pays rentre sur les rails.

 Nommé le 15 février 2021, Sama Lukonde a passé près de deux mois pour voir son Gouvernement sortir. Le temps naïvement perdu traduit la gloutonnerie, l’avarice et le narcissisme des politiques venus à l’Union Sacrée.

 Dans ce Gouvernement de 56 membres, l’on trouve presque 27 députés qui ont rejoint  Sama Lukonde. Dans un pays où l’économie est asphyxiée, il serait préférable que l’on ait moins de 35 membres au Gouvernement. Austérité oblige.

Cependant, pour satisfaire tant soit peu les regroupements membres de la nouvelle pensée politique, le Président Tshisekedi et le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde ont dû passer outre cette réalité. C’est sur cette base qu’ils sont arrivés à 56 membres dans l’ensemble, alors qu’au début, il était question de ne pas dépasser 45 membres.

C’est le jour suivant la publication du Gouvernement que l’on entend un groupe de députés qui se dénomme « révolutionnaires » monter au créneau, faire les enchères pour faire chanter Félix Tshisekedi Tshisekedi et son Premier Ministre. Pour eux, il aurait fallu que seuls les députés fassent partie de ce Gouvernement. 

Que dire de ces genres d’hommes qui dans un pays où bien nombre de gens vivent à moins de deux dollars le jour, alors qu’eux, gagnent plus de 10 millions de francs congolais, réclamer les postes ministériels. 

Nous savons tous que la mission d’un député est plus valeureuse que celle d’un Ministre ou d’un quelconque mandataire public car, celui-ci est appelé également à les contrôler. Cette posture de ces députés déçoit les Congolais au point de se poser la question de savoir si c’est vraiment pour ‘’le bien du peuple », et non pour leurs intérêts égoïstes qu’ils ont été votés.

Pour que le Gouvernement soit investi, il faille que tous ceux qui se réclament de l’Union Sacrée puissent être dans un même esprit. Cependant, il se trouve alors que le discours musclé tenu à l’endroit de ces élus du peuple par le Président de la République le dimanche 18 avril dernier, n’a pas suffi pour accorder les violons. Des sources concordantes affirment que ces derniers, les mécontents, sont déterminés pour ne pas investir ce Gouvernement. Une équation, selon eux, pour le Président Tshisekedi.

 Prévu au plus tard la fin de la semaine du 19 au 24 avril, tout porte à croire que cette investiture n’aura pas lieu cette semaine, au moins d’un miracle. 

Vers la dissolution de l’Assemblée nationale !

Félix Tshisekedi était limpidement clair le 6 octobre 2020 lorsqu’en sa qualité de « Garant de la nation », avait pris la décision de rompre avec la famille politique du Sénateur à vie, Joseph Kabila.

 …aucun accord ne peut prévaloir sur l’intérêt de la nation, avait-il dit en substance.

 Aujourd’hui, après que les députés narcissiques et égocentriques soient restés camper dans leur position notamment d’être soudoyé avant toute chose, Félix Tshisekedi semble prendre une décision radicale, extrêmement radicale. Puisqu’aucune attitude, aucun engagement ou encore aucun caprice ne peut emprisonner toute une nation, Félix Tshisekedi a déjà pris sa décision. Selon nos sources à la Présidence de la République, la décision qui serait sur la table du Président Tshisekedi est celle de « dissoudre le l’Assemblée nationale ». Quiconque ayant une  mémoire d’éléphant se souviendra de la position de Félix Tshisekedi sur une quelconque résistance ou la non abstention de la majorité. Il avait estimé qu’au cas où il n’obtenait la majorité, il dissoudrait cette Chambre du Parlement. C’est là où nous sommes aujourd’hui. 

Les révolutionnaires bientôt au chômage!

C’est justement ce qui arrive, et c’est proche. Dans le jeu du « quitte ou double », les députés révolutionnaires seront les plus perdants. Étant donné que sous peu leur Chambre sera dissoute, ils iront carrément au chômage. Eux qui voulaient les postes ministériels ou la mandature publique, se verront dans les jours qui viennent dépourvu, pour beaucoup, de leur source de provenance. Croire que refuser d’investir le Gouvernement est à leur profit, la surprise générale frôle déjà  leurs murs. « Rira mieux qui rira le dernier »!

Ces politicailleurs, habitués à monnayer toutes leurs actions ont entendu que Félix-Antoine Tshisekedi et Sama Lukonde donnent des millions pour investir le Gouvernement. Ils disent ne pas investir le Gouvernement tout simplement parce qu’il y a l’insécurité dans l’Est. Pire, même ceux qui sont à la base de cette insécurité et qui ont mené les guerres de l’AFDL et du RCD ayant provoqué plus de 12 Millions de mort, ne s’offusquent pas pour se livrer aux caméras des journalistes pour dire qu’ils ne vont rentrer au Parlement que lorsqu’il y aura la sécurité dans l’Est comme si c’est Tshisekedi qui avait commencé avec cette insécurité. Ils se sont trompé d’époque. Tshisekedi ne donnera pas de l’argent pour l’investiture du Gouvernement. L’on va constater une crise persistante. Le Premier Ministre en fonction, les Présidents des deux Chambres seront consultés très bientôt pour constater cette crise persistante et dissoudre donc cette Assemblée Nationale et garder le Sénat.

Molende MUTEBA/JCN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Latest News