loader image

Impact News

Avec ses $ 4,7 Milliards investis dans l’économie congolaise : Kibali passe pour l’une des mines les plus écologiques du monde, dixit Dr Mark Bristow

Kibali surpris des discussions relatives à la société TCFF sur la place publique et trouve cela injuste

La tradition a été respectée ce lundi 29 janvier 2024, dans le même cadre de L’Hôtel Memling, situé dans la commune de la Gombe à Kinshasa, Membres du Gouvernement, Délégués de la Présidence de la République, Parlementaires, Gouverneur de Haut-Uélé, Membres de la société civile de la RDC autour de Dr Mark Bristow, Président et Directeur Général de Barrick Gold Corporation, la plus grande aurifère du monde qui gère l’entreprise locale, Kibali Gold Mine dans le Nord-est de la RDC.

Au cours d’un échange devenu une coutume tous les trois mois depuis 2009, Dr Mark Bristow a déclaré au cours de la 51ème conférence de presse que  »Kibali, est la plus grande mine d’or d’Afrique et elle est désormais l’une des mines les plus vertes du continent africain ».

Le Président du Conseil d’administration de Kibali Gold Mine a précisé à la même occasion que ‘’Une grande partie de l’électricité qui alimente la mine de Kibali est fournie par ses trois centrales hydroélectriques. Une fois que sa nouvelle centrale solaire de 16 mégawatts, combinée d’une infrastructure de stockage d’énergie supplémentaire conçue pour soutenir l’approvisionnement en énergie hydroélectrique pendant la saison sèche de la région, seront mises en service, on s’attend à ce que l’approvisionnement global en électricité renouvelable de la mine passe de 81 à 85 % et que, pendant six mois de l’année, son besoin en électricité soit entièrement couvert par l’énergie renouvelable« , s’est-il félicité avant de poursuivre : »Si l’on tient compte du fait que Kibali est également un leader en matière d’automatisation, cette mine est un véritable modèle pour l’exploitation minière en Afrique. En tant que partenaire de longue date de la République démocratique du Congo (RDC), nous avons construit Kibali dans le Nord-Est isolé du pays, ouvrant ainsi une nouvelle frontière minière et, ce faisant, promouvant également le développement d’une économie locale florissante« , a déclaré Mark Bristow.

« Ce partenariat a été particulièrement bénéfique pour la RDC. Notre investissement total dans le pays à ce jour sous forme de redevances, d’impôts, de dividendes et de paiements aux fournisseurs locaux s’élève à $4.7 milliards. La mise en œuvre des projets de développement communautaire soutenus par le fonds de développement communautaire de Kibali, qui contribue à hauteur de 0.3 % du chiffre d’affaire à de tels projets, se poursuit avec 44 nouveaux projets lancés en 2023. Le nouveau Cahier des charges de la mine, financé par Kibali à hauteur de $8.9 millions sur cinq ans, a également lancé 11 projets, dont sept sont en cours de finition. Nous poursuivons également notre soutien à la biodiversité avec des plans en cours pour introduire des rhinocéros blancs supplémentaires dans le Parc National de la Garamba« , a-t-il conclu.

Dossier de la sous-traitance avec TCFF

Au sujet de la question relative à la sous-traitance dont Kibali participerait à la fraude par une société étrangère TCFF dont l’actionnariat ne respecte pas la loi congolaise en la matière, Dr Bristow a indiqué que ‘’Kibali utilise 400 contractants qui sont tous des Congolaise. 95% des dépenses liées à la sous-traitance ne sont dirigés que vers les entreprises congolaises, les chiffres peuvent etre consultés auprès de l’administration fiscale de la RDC’’, a-t-il déclaré, avant de rappeler que ‘’certains partenaires de Kibali présents dans la salle dont Didi Mudogo et Samuel Feny Matsando respectivement de MD Services et de Inter Oriental Builders SARL, étaient des opérateurs dans le secteur minier, mais essentiellement dans l’artisanat minier. C’est grâce à Kibali qu’aujourd’hui ils sont devenus de grands opérateurs et sont tous sous-traitants congolais. Seuls 5% vont à la société TCFF qui pourtant a ouvert sa succursale en RDC avec enregistrement au Guichet unique. Ce qui est très insignifiant par rapport à nos partenaires congolais dans la sous-traitance. »

S’agissant de la société TCFF, ‘’c’est une société internationale ayant une chaîne d’activités en RDC. Elle est enregistrée en RDC, disposant même du certificat de l’Autorité de Régulation de la Sous-Traitance dans le Secteur Privé (ARSP). Et lors de la descente des inspecteurs de cet établissement public congolais, il a été constaté qu’il se pose un problème de son actionnariat qui ne respecte pas la loi congolaise en matière de la sous-traitance. Alors que nous sommes encore en discussion pour demander à notre partenaire de se conformer à la loi congolaise, nous avons été surpris que la question soit déjà traitée dans les médias et portée sur la place publique. Ce qui est injuste », a regretté Dr Bristow, avant de poursuivre : »Nous sommes d’accord à 100% de mettre en pratique la loi congolaise. Mais il doit être accordé le temps de transition aux opérateurs du secteur, susceptible à faire connaître la loi et son appropriation par la population », a-t-il indiqué.

Bien plus, a-t-il poursuivi, « la société TCFF exporte nos produits de Mombassa jusqu’en RDC. Nous devrions nous assurer de servir toutes les populations par lesquelles, les produits passent ».

Nos vies en partage et bourses remises aux meilleurs étudiants en Géoscience

Avant de clôturer la conférence de presse, comme d’habitude à chaque fin du mois et ce, depuis 10 ans, Kibali a remis deux chèques aux deux étudiants qui se sont distingués à la Faculté de Géosciences de l’Université de Kinshasa en termes de bourse. Il s’agit de Tshunza Bukasa qui a obtenu son master et de Barimba Liongo de LMD 3 (G3). De même, deux ONG évoluant dans le secteur des orphelins et des enfants marginalisés ont également reçu des enveloppes dans le cadre de la Fondation de Dr Mark Bristow,  » Nos vies en partage ‘’. Il s’agit de l’ONG « Alama ta Kitumaini » de la Révérende Soeur Bestiane Mudegereza évoluant dans le Kivu et de l’ONG « la Voix de l’Espoir », évoluant à Kinshasa.

Joël Cadet

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email
Latest News